Les Abbesses de Gagny - Chelles

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 1 avril 2010

Visite du Bois des Coudreaux (Chelles)

La veille Jacques Dumand de l'Association de Gestion et de Valorisation de la Réserve Naturelle de Vaires-sur-Marne (AGVRNV) nous a parlé de ce bois situé dans le quartier des Coudreaux de Chelles/Montfermeil qu'il vient de visiter.

Localisation_Bois_Coudreaux.jpg

Localisation du Bois des Coudreaux.

Mardi 30 Mars 2010, nous avons donc fait une balade à la découverte de ce bois.

Parc_des_coudreaux_1.jpg

Allée centrale du Bois des coudreaux.

Le bois des Coudreaux a été entièrement aménagé en 1997, il propose un parcours santé avec différents exercices : poutres, barres de suspension, etc.

Nos pas nous portent sur un point central dominé par une grande mare artificielle.

Mare_artificielle_1.jpg

La mare artificielle du bois des Coudreaux

Celle-ci à notre grande surprise est très bien réalisée : peu profonde, des berges très progressives, des amas de pierres avec une flore un peu diversifiée. Nous y avons observé les plantes suivantes : Roseau commun (Phragmites communis), Iris des marais (Iris pseudacorus), Prêle d'Amérique (Equisetum americanum), des nénuphars ou Nymphéa à identifier.

Nous voyons des épinoches (Gasterosteidae) s'ébrouer dans l'eau.

Un petit coup d'épuisette et nous découvrons une larve de libellule.

Larve_libellule_1.jpg

Larve de libellule.

Et puis, plus loin...une belle communauté de Tritons Palmés :

Triton_Palme_2.jpg

Triton palmé femelle.

Triton_Palme_1.jpg

Triton palmé femelle.

Les Tritons Palmés sont protégés en France (Arrêté du 22 juillet 1993 fixant la liste des amphibiens et reptiles protégés sur l'ensemble du territoire) et classé "à surveiller" dans le livre rouge des vertébrés.

Dans la mare, nous voyons une quantité importante de pontes de crapauds communs (bufo bufo) :

Ponte_Anoures_ma_1.jpg

Ponte de crapauds commun.

le Crapaud commun est protégé par l'arrêté du 22 juillet 1993 (article 1), et par la convention de Berne (annexe III). Cette espèce est donc à surveiller et à préserver.

Nous continuons notre route et nous découvrons un bassin de rétention quasiment à sec. il n'y a qu'une grosse flaque de 1 à 3 cms de profondeur. L'eau y est fétide avec des relents de déjections fécales.

Bassin_Retention_1.jpg

Bassin de rétention.

Malgré l'eau croupie, l'épuisette ramène quelques tritons palmés faméliques :

Triton_Palme_br1.jpg

Triton palmé du bassin de rétention.

Plus loin, il y a un autre bassin de rétention, bien plein celui là.

Mare_aux_grenouilles_rousse_1.jpg

Autre bassin de rétention.

Il y a une grosse grenouille verte (Rana ridibunda) décédée depuis peu dans l'eau :

Grenouille_verte_1.jpg

Grenouille verte (Rana ridibunda).

Les berges sont recouvertes de pontes de grenouilles en amas.

Ponte_Anoures_1.jpg

Pontes de grenouilles vertes ou rousses, les 2 !!!???

Nous poursuivons notre chemin dans les bois.

Bois_des_coudreaux_1.jpg

Chemin du bois des Coudreaux.

Nous essayons en vain d'avoir la chance de voir la Chouette hulotte (Strix aluco) observée par Jacques Dumand la veille.

Chouette_hulotte_1.jpg

Photo prise par Jacques Dumand dans le bois des Coudreaux le 29 Mars 2010 au matin.

Belles découvertes et un coin très sympathique malgré les aménagements peu naturels...nous avons raté les crapauds commun et les grenouilles de quelques jours. Cela sera pour l'année prochaine.

dimanche 21 mars 2010

Les tritons palmés de la carrière Saint-Pierre de Gagny

Dimanche 21 Mars 2010, le ciel est gris et la lumière est fade. Le sol est lourd, humide mais cela n'a aucune importance : l'appel de la carrière Saint-Pierre est bien plus fort. Entree_firstmasse_1.jpg

Entrée des galeries de première masse de gypse.

Les pas nous portent vers la zone tourmentée et relativement dangereuse des fontis : le territoire de la couleuvre à collier (Natrix Natrix). Nous recommandons fortement d'éviter ce secteur de la carrière Saint-Pierre. Mais dans notre rôle de sentinelle, il est important que nous y réalisions des recensements de la faune et de la flore.

Nous passons devant l'un des fontis les plus impressionnants : 25 mètres de diamètre, très abrupt, empli d'eau et semblant assez profond. Nous regardons l'eau en contrebas : inaccessible. Il y a des massettes à larges feuilles (Typha latifolia) sur les bords. Il y a de la vie la dedans. Une couleuvre à collier en train de nager, y avait été observée. Une pensée nous passe alors par la tête, il doit y avoir les rois des mares la dedans : les Tritons.

Cela serait une des seules observations à Gagny et une des rares de Seine Saint-Denis. La destruction des zones humides ainsi que l'augmentation du transport routier sont les principales causes de la disparition de ces amphibiens en région parisienne et ailleurs.

Fontis_big_3.jpg

Côte Bellevue : fontis très abrupt de 20 mètres de diamètre.

La présence du triton palmé (Lissotriton helveticus et anciennement Lissotriton helveticus Razoumovsky, 1789) a été mentionnée par l'ANCA au début des années 90. Mais existe t'il encore ? Celui-ci n'a pas été revu depuis !!!

Nous nous rapprochons d'un autre fontis plus accessible et beaucoup moins dangereux.

kriss_fontis

Celui-ci possède une zone humide en son centre où il commence à pousser des saules. Il arrive que celle-ci soit totalement à sec tout au long de l'année et mais ces 2 dernières années, la mare semble un peu plus stable.

Fontis_Mare_5.jpg

De loin, la mare semble plus remplie que d'ordinaire. Il n'y a pas de plante de rive, ni de plante aquatique, sans crustacé (daphnie, gamare etc.). Seulement à première vue un fond de feuille de saule blanc en décomposition, de l'eau saumâtre, des milliers de larves de moustiques et quelques gerris.

Fontis_Mare_4.jpg

Et là, surprise...des Tritons Palmés !!! Le moment est magique et l'exaltation est à son comble. Nous estimons qu'il y en a au moins une vingtaine. Ils sont difficiles à photographier, ne remontant à la surface que brièvement pour respirer.

Nous n'avons pas d'épuisette pour les capturer mais nous réussissons non sans mal à photographier quelques spécimens :

triton_palme_gagny_2.jpg

Le lendemain, au retour du travail, nous retournons sur site munie d'une épuisette. Nous voulons les photographier et de vérifier que nous n'avons pas à faire au Triton Ponctué. Ce dernier a été observé par les frères Lelardoux dans la source du Parc du Château de Montguichet à 400 mètres à vol d'oiseau de ce fontis.

La magie est au encore au rendez-vous. Ce sont bien des Tritons Palmés : aucun doute. La gorge n'est pas tachetée et le bout de la queue des mâles est terminé par un court filament de quelques millimètres.

triton_palme_gagny-g_1.jpg

Gorge des Tritons Palmés.

triton_palme_gagny-g_4.jpg

Le bout de la queue des mâles.

triton_palme_gagny-g_2.jpg

triton_palme_gagny-g_3.jpg

triton_palme_gagny-g_6.jpg

Une dernière photo pour le plaisir.

Le triton palmé a besoin de support pour les œufs et de plancton pour les larves. De petite taille, il peut coloniser des milieux humides assez pauvres (oligotrophes) comme cette présente mare où nous les avons trouvé. Nous allons essayer sans dénaturer cette mare de réaliser 2 actions de gestion :

  1. Ensemencement avec des daphnies et des aselles d'une autre zone humide du secteur.
  2. Optimiser les supports pour les pontes par l'apport de mousse de touffes de graminée terrestre "à feuilles molles".

Les Tritons Palmés sont protégés en France (Arrêté du 22 juillet 1993 fixant la liste des amphibiens et reptiles protégés sur l'ensemble du territoire) et classé "à surveiller" dans le livre rouge des vertébrés.

lundi 16 novembre 2009

Les Grenouilles rousses des Abbesses de Gagny-Chelles

En ce weekend du 14 et 15 novembre 2009, nous avons découvert, dans un bassin en cours de déplacement, une grenouille rousse qui hivernait dans la vase.

Cette espèce protégée est devenue assez rare en Seine Saint-Denis.

Quelle a été notre surprise de la découvrir ainsi en zone urbanisée!!

grenouille_rousse_1.jpg

La Grenouille rousse (Rana temporaria) est une espèce d'amphibien de la famille des Ranidae qui se rencontre en Europe.

De toutes les espèces de batraciens d'Europe, la Grenouille rousse (Rana temporaria LINNE 1758) présente la robe la plus colorée et la plus variée. La couleur varie du jaune jusqu'au noir en passant par le brun, l'olive, le rouge, le brun foncé et le gris.

Elle se nourrit d'arthropodes comme des petits insectes ou crustacés, des larves d'amphibiens, des vers.

La plupart des Grenouilles rousses se déplacent déjà entre août et novembre vers les eaux de pontes. Pour passer l'hiver, une partie des animaux choisissent des sites subaquatiques bien oxygénés, par exemple un ruisseau ou une embouchure d'un étang. Dans le cas présent, il s'agit du bassin d'un particulier des Abbesses de Gagny-Chelles.

grenouille_rousse_2.jpg

Avec le propriétaire, nous avons donc décidé de créer une mare sans poisson dans son jardin afin d'accueillir les pontes potentiels de l'année prochaine.

vendredi 18 septembre 2009

Les crapelets Bufo Bufo du mois de septembre 2009

Aux Abbesses de Gagny-Chelles, on aime les crapauds commun (Bufo Bufo) :

Après deux mois d'une vie aquatique, les têtards se métamorphosent et les crapelets quittent l'eau en masse au début de l'été. Ils mesuraient environ 1 cm. A l'automne, ils ont grossi et vont bientôt se préparer à l'hiver en s'enfonçant dans la terre jusqu'au printemps (mi-mars). Ils ne seront adultes qu'à 5 ou 6 ans et pourront vivre de 15 à 20 ans si les roues de nos voitures savent les épargner.

Photos de crapelets, elles ont été prises au mois de septembre 2009 dans un jardin de l'Avenue Paul-de-Kock :

crapelet1.jpg

crapelet1.jpg

crapelet1.jpg

Voir nos autres articles sur les crapauds des Abbesses :

dimanche 5 avril 2009

Les crapauds commun (Bufo Bufo) sont de retour.

Pour fêter l'anniversaire de la création du Blog des Abbesses de Gagny-Chelles, les crapauds commun ou Bufo Bufo sont revenus se reproduire dans les bassins de nos jardins. Ils vivent parmi nous et sont les amis de nos jardins potagers. Le 17 mars 2008, nous avons publié un article sur eux :

Les crapauds commun des Abbesses

Pour rappel : En France, le Crapaud commun est protégé par l'arrêté du 22 juillet 1993 (article 1), et par la convention de Berne (annexe III). Cette espèce est donc à surveiller et à préserver.

Un crapaud commun en 2009 au bord d'un bassin d'un pavillon du quartier des Abbesses

lundi 17 mars 2008

Les crapauds communs des Abbesses

Il y a de nombreuses années, un habitant des Abbesses amoureux de son bassin ornemental, a amené, d'une de ses promenades, des crapauds communs (Bufo Bufo). Depuis, la colonie est devenue assez importante. Ces crapauds inoffensifs et salvateurs ont proliféré en se reproduisant dans les nombreux bassins ornementaux du quartier. Comme nous sommes dans un ancien marais avec un taux d'humidité important, ces petites créatures ont donc trouvé, aux Abbesses, un lieu de vie idéal.

La manipulation de l'animal est sans danger pour l'homme. Il convient de se laver les mains aprés pour éviter des risques minimes d'irritations

Ils sont surtout visible pendant la période de la reproduction de Mars à Avril. Venez donc les entendre croasser dans les bassins de l'avenue Paul-de-Kock pendant cette période. Attention à ne pas les écraser à pied ou en voiture et évitez l'emploie de pesticides afin que cette sympathique colonie puisse continuer à vivre avec nous et grâce à nos bassins.

Un crapaud Mâle au printemps 2008 en chasse d'une femelle dans l'un des bassins d'un habitant des Abbesses : Crapaud Commun des abbesses

Lire la suite...

page 2 de 2 -