Mercredi 13 novembre 2013, suite à la parution en date du 27/10/2013 de notre article Dans les entrailles du fort de Chelles, le journal La Marne en a fait la une de son journal. Voici donc l'article qui a été publié.

Pour de plus amples renseignements sur l'histoire du fort, veuillez consulter le projet Wikipedia que nous animons : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fort_de_Chelles

01Q-MV-800.jpg

CHELLES • Carrières de gypse •La Marne • Mercredi 13 novembre 2013

Un gruyère sous la montagne

D'anciennes galeries souterraines de gypse courent sous le fort. Et celles-ci semblent ne pas avoir été sécurisées... L'information révélée par l'association « Abbesses de Gagny-Chelles » nécessite quelques explications.

Désaffecté, le fort a et acquis par la commune de Chelles en 1972. Elle qui a entrepris de nombreux aménagements avant son ouverture au public le 8 juin 2007. Mais voilà, selon Christophe Nédélec, président des Abbesses de Gagny-Chelles, association de défense de l'environnement créée en 2008. L’espace naturel de 46 hectares était auparavant une butte gypseuse exploitée en carrière à ciel ouvert.

Si la carrière a été remblayée depuis, des galeries profondes subsistent sillonnant même, semble-t-il, l'esplanade verdoyante sur laquelle se promène le public et ou de nombreuses manifestations sont organisées (dont le feu d'artifice du 14 Juillet et le cinéma en plein air durant l'été).

Pour protéger la capitale

Suite à la défaite de 1870 face aux Prussiens, le bastion a été édifié sur le mont Chalats entre 1876 et 1879 pour assurer, à 104 mètres d’altitude, une deuxième ceinture de défense autour de Paris. En 1878, le chantier reçoit la visite du maréchal Mac Mahon, alors président de la République. Parmi les documents, une publicité de 1860 du carrier Louis-Pierre Parquin (qui était aussi maire de Chelles à l’époque) décrivant son activité industrielle sous forme de schémas. Le carrier aurait ainsi exploité jusqu’en 1880, date de son expropriation par l’armée, trois masses de gypse sur la montagne de Chelles, dont la seconde et la troisième en cavages, à partir de son usine implantée rue Bickart, en contrebas de la montagne. La fortification a été utilisée dans le passé par un club de tir, les pompiers de la ville pour leurs entraînements, Kodak pour stocker ses films et produits chimiques, avant d'être acquise par la Ville.

Chelles_LaMarne_Gruyere_Fort_Montagne.JPG

Des galeries à 40 m, Lionel Petit, un Chellois, a réussi à se procurer deux plans du fort de Chelles datant de 1877 et 1902 auprès du SHAT (Service historique de l'armée de Terre) basé à Vincennes.

« Je me passionne pour l’histoire du fort depuis 1998 qui, hélas, a été massacré. J’affirme que ce sont les seuls et uniques plans qui existent et j’ai eu beaucoup de mal à les obtenir »

Plan_Fort2Chelles_1877.JPG

Document: L'un des premiers plans établi en janvier 1877 par le génie militaire. Moins détaillé que le second, on y aperçoit cependant le réseau des galeries courant sous et devant le fort (environ 4 hectares minimum).

Il apprend que le fort a subi un renforcement de ses soubassements en 1877 puis sur la période 1906 190K par le génie miliaire qui craignait sa fragilité du fait des canonnades. Il constate surtout l'existence d'un vaste réseau de galeries souterraines à une profondeur de 40 mètres, devant et à l'ouest du fort.

Un phénomène fréquent en Seine-et-Marne où le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) a recensé plus d'un millier de carrières liées à l'exploitation du gypse sous environ 140 communes.

image.jpg

Christophe Nédélec et Lionel Petit devant l'entrée des galeries qu'ils ont visitées sous le fort. « La mairie sur plusieurs hectares a enfin empêché l'accès à ces galeries », reconnaît Lionel, la main posée sur la chaine neuve cadenassée.

Lionel Petit en informe aussitôt Christophe Nédélec, tout autant passionné par le patrimoine local que par les questions environnementales.

IMG_2468.jpg

Galerie confortée sous la montagne de Chelles par le génie militaire (photo Christophe Nédélec).

Déjà un effondrement en 2002

Selon l'association, il existe probablement une superposition entre des galeries de seconde et de troisième masse. Sur les documents du génie militaire, il est fait aussi mention de "vastes réseaux de cavages éboulés inabordables". « Pourtant lors des travaux entrepris par la commune sur le fort en 2007, on nous a assuré que des sondages avaient été effectués. En septembre 2002, la presse a relaté la découverte par les pompiers d'un effondrement qui s'était produit dans une galerie, au pied du fort », argumente Christophe Nédélec.

Et il s'interroge : « Une partie du site est donc sous-minée et je me demande si ces galeries ont bien été repérées car elles semblent être inconnues, autant du BRGM que de la mairie. Plus inquiétant, elles ne sont pas injectées ou comblées ».

Des vérifications à venir

Après son exploration du 25 octobre, Christophe Nédélec a alerté la mairie et Communauté d'agglomération Marne et Chantereine sur les risques d'affaissement en surface. Contactée par nos soins, la CAMC confirme qu'elle a effectivement « été informée par l'association de la présence de galeries de seconde masse sous la montagne de Chelles, qu'elle fait procéder à des vérifications et qu'elle ne peut aujourd'hui, apporter plus d'information »

L'affaire mérite donc d'être « creusée » un peu plus.