GagnyStPierre_09122010_Entree1ereMasse_03.jpg

Le projet de gymnase annulé par le tribunal

Le Parisien - Sebastien Thomas | 28.12.2010, 00h00

Décidément, entre Michel Teulet, maire UMP de Gagny, et les associations de défense de l’environnement, la hache de guerre est loin d’être enterrée. Après avoir fait annuler le PLU (plan local d’urbanisme) en 2009, elles sont parvenues au même résultat avec le projet de construction du gymnase sur la carrière de l’Est.

Gagny environnement, les Amis naturalistes du coteau d’Avron et les Abbesses de Gagny-Chelles ont eu gain de cause un an et demi après avoir déposé leur recours, en mai 2009, contre la modification du plan d’occupation des sols (POS) voté en janvier de la même année. Celle-ci prévoyait la construction d’un gymnase, à proximité du collège Théodore-Monod.

Selon les associations, ce terrain était situé sur une zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (Znieff), ce qui n’était pas indiqué sur les documents de la mairie lors de l’enquête publique.

Le tribunal administratif de Montreuil a reconnu ce manquement et a donc annulé la délibération début novembre. « Nous ne sommes pas des ayatollahs de la nature, nous souhaitons seulement protéger un site particulièrement riche en espèces protégées, assure Brigitte Mazzola, présidente de Gagny environnement. D’autant qu’il existe un autre terrain qui jouxte le collège et ne se situe pas sur l’emprise de la Znieff. »

La Znieff a pour objectif d’identifier et de décrire des secteurs présentant de fortes capacités biologiques et un bon état de conservation. « Il n’est pas interdit de construire sur des terrains labellisés Znieff, se défend Michel Teulet. Il n’y avait d’ailleurs aucune volonté de cacher quoi que ce soit lors de l’enquête publique. Simplement, nos cartes étaient moins précises que celles des associations. »

Le maire, qui a fait appel de la décision du tribunal, compte donc bien relancer le processus sans changer de localisation. « Le gymnase occupera 2000 m2 sur un total de 500000 m2 sous protection Znieff, soit moins de 0,5%, détaille l’élu. L’autre site proposé par l’association nécessite de détruire des installations ce qui est bien plus coûteux. »

D’autres combats se profilent entre le maire et les associations. Notamment avec la création du nouveau PLU puisque Michel Teulet prévoit la construction de 250 à 300 logements sur le site de l’ancienne carrière du centre, rebaptisé quartier du Bois-de-l’Etoile. « L’Etat nous impose d’en construire 260 par an pendant quinze ans au nom de la nécessaire densification du territoire, justifie-t-il. Si on ne le fait pas, nous ne pourrons pas maintenir notre population actuelle. »

Un projet qui inquiète les associations. « Même si ces constructions sont situées aux abords de la carrière, la municipalité devra créer des routes pour les relier ce qui risque de miter le site, craint Brigitte Mazzola. Il faudrait mieux édifier en centre-ville. »

Parisien 28122010