28082008-Renard-Mort.jpg

Ce sont les viscères éclatées que j'ai découvert le Renardeau mort.

Il gisait sur l'asphalte de l'avenue de la Pépinière. Il a surement été écrasé par l'un des nombreux fous de la route qui roulent à 90km/h dans nos rues chaque jour.

Anthony, nous l'avons la photo de face maintenant mais j'en aurai préféré une autre. J'aurai même voulu ne jamais avoir à prendre celle-ci et d'autres d'ailleurs qui sont beaucoup plus "trash".

C'est partagé entre une vaine révolte et une colère froide, que j'ai laissé son corps gisant sur la route pour que les passants puissent constater ce "crime" par eux même.

Un petit crime me direz vous ? Cela dépend des points de vue !

Ce renardeau gracile qui venait manger dans les gamelles de mes chats et grignoter les pommes de mon jardin.

Il devait avoir 6 mois, en quête d'un territoire. Dans son errance, il n'a pas eu le temps de bien comprendre qu'il fallait absolument éviter de nous fréquenter. Cela aura été son erreur, ne pas se méfier assez de nous.

"Nous", le plus dévastateur des prédateurs que notre planète ait jamais connu.

Il était si beau, nous espérons que ses frères et sœurs auront plus de chance que lui, qu'ils feront comme leurs parents, qu'ils ne viendront chez nous que dans la nuit noire à l'abri de nos regards à l'affût des phares de nos tanks.

Il a été ramassé dans la journée comme un sac éventré d'ordures qui insupporte le voisinage.