Je reconnais de la Grande Bardane, des Mauves sylvestres, des Circes communs et d'autres qui me resteront inconnus.

grande_bardane.JPG Mauve_Sylvestre.JPG cirse-commun.JPG champs_bausset_2.JPG

Au fait, comment accède-t-on à la carrière Beauzet ? Y a t'il un chemin ? Sûrement mais où ? Je regarde une photo satellite sur l'appareil de haute technologie qui ne me quitte jamais, mais je ne vois pas de sentier vu du ciel. Je tente une percée dans un boisement dense...en vain. Après avoir perdu 10 fois mon chapeau, j'abandonne et décide de sortir et de contourner le boisement qui entoure la carrière Beauzet. Et là, enfin, un chemin qui semble aller dans la bonne direction.

Je le remonte tranquillement et cela commence à grimper. Je prend sur la gauche et je tombe sur une pelouse sèche qui surplombe la carrière Beauzet. Eurêka..

carriere_bausset_8.JPG

Super! Je commence alors à observer attentivement le biotope de la pelouse calcaro-marneuse à mes pieds. Je trouve des Centaurées trompeuses, des Tetraglonobles siliqueux, des Lotiers corniculés, de l'Origan, des Knauties des Champs et des Eupatoires chanvrines. Je comprends Alain et son art de l'observation, un moment de distraction et l'on rate un spécimen. J'ai l'impression d'en avoir loupé beaucoup justement.

Centauree-Trompeuse_centaurea-maculosa_4.JPG Tetragonolobe-siliqueux_Tetragonolobus-maritimus_1.JPG lotier_cornicule.JPG origan_origanum-vulgare_2.JPG knautie-des-champs_Knautia-arvensis_2.JPG Chanvrine_Eupatorium-cannabinum_2.JPG

En ce début d'août, les orchidées sauvages sont rarement en fleuraison, je n'en trouve pas ou sinon je n'ai pas bien su regarder ou chercher.

Je relève la tête et je réalise que je suis à coté d'un Alisier de Fontainebleau, relativement jeune, d'environ 4 mètres de hauteur poussant à quelques pas de la falaise de Gypse. J'ai failli le rater, pourtant on ne voyait que lui.

Alisier-de-fontainebleau_ps_5.JPG

Alisier-de-fontainebleau_ps_3.JPG Alisier-de-fontainebleau_ps_4.JPG

Je décide de descendre au centre de la carrière en contrebas, la zone a été remblayée à l'arrache : briques, parpaings et gravas y côtoient des tubulures métalliques rouillées et enchevêtrées.

carriere_bausset_3.JPG

Je fais le tour de la carrière et je tombe nez à nez avec un Alisier de Fontainebleau centenaire qui porte des fruits : un géniteur! Des enfants ont du y construire une cabane dans le temps.

Alisier-de-fontainebleau_centenaire_4.JPG

Alisier-de-fontainebleau_centenaire_2.JPG Alisier-de-fontainebleau_centenaire_1.JPG

Mes pas me portent à continuer le chemin qui file à l'ouest au travers des boisements. Et là, Je me maudis d'avoir oublier de prendre de l'eau!! Je marche longuement dans les boisements avec ses érables champêtres, ses ormes des montagnes et je croise des Épiaires des bois et l'herbe aux femmes battues.

epiaire-de-_bois_stachys-sylvatica_.JPG Herbe aux femmes battues

Je vois le bois s'éclaircir et au loin, la mer de remblais, à Gagny, surplombe le quartier des Abbesses.

sortie_bois_remblais_2.JPG

J'arrive sur le remblais et là : des ronces ou mûriers sauvages chargées de mûres bien noires. Pour étancher ma soif, je vais littéralement me gaver de mûres par poignées. Aucune n'a le même goût, du très sucré et suave jusqu'à l'acidité désaltérante.

ronce-commune.JPG

Continuant ma balade, je rejoinds l'entrée de la première masse de Gypse de la carrière Saint-Pierre. Sur le chemin, je recherche les Ophrys Abeilles et les Orchis Bouc observées il y a un mois et demi lors de la visite avec l'ANCA, mais elles ne sont plus visibles. C'est peut-être normal, elles fleurissent normalement en Juin-Juillet et si elles ont été cueillis...malheur à ceux ou celles qui ont osé!

Ophrys Abeille L'Ophrys Bouc

Entre les pylônes des lignes à haute tension, je tombe sur une vaste colonie de Gesses à larges feuilles et ses inséparables bourdons.

gesse_a_larges_feuilles.JPG

En arrivant à l'entrée de la galerie, je sens le souffle frais venant des profondeurs et je m'y engage un moment pour m'y rafraichir.

Entree-1ermasse_2.JPG

Je décide d'aller dire bonjour au "bébé" Alisier de Fontainebleau qui pousse au dessus de l'entrée de la première masse et j'en profite pour admirer le panorama. Il y a des traces de feux de camps frais, j'en repère 4, autour le sol est jonché de canettes vides. J'appelle ce genre d'attitude : faire caca dans son lit!!

Alisier-de-fontainebleau_gagny-1ermasse.JPG

vue-dessus-1ermasse_1.JPG vue-dessus-1ermasse_2.JPG vue-dessus-1ermasse_3.JPG vue-dessus-1ermasse_4.JPG

Je poursuis ma route vers l'entrée de la seconde masse de Gypse et son petit vallon et j'identifie en chemin quelques plantes assez communes comme la Cardère sauvage, la Gaude ou Réséda des teinturiers, des Grandes Prêles ou encore l'invasive renouée du Japon.

Cardère sauvage Gaude - Réséda des teinturiers (Reseda luteola)

Dans la fraicheur du fond, je découvre des Bugranes épineuses typiques des prairies sèches, des Aigremoines eupatoires, des Brunelles communes, des Panicauts champêtres en fleurs, des Escargots de bourgogne énormes et des Zygènes de la filipendule en train de copuler.

entree_2ndmasse.JPG

Bugrane-epineuse_Ononis-spinosa_1.JPG Brunelle_commune_-Prunella_vulgaris.JPG panicaut_champetre_1.JPG escargot_de_Bourgogne-Helix_pomatia_2.JPG zygene_de_la_filipendule_1.JPG galerie_2ndmasse.JPG

Agrimonia_eupatoria-aigremoine_eupatoire_3.JPG

Dans la fraicheur du petit vallon, je réalise que je n'ai pas croisé âme qui vive depuis plus de 5 heures. Il est temps de rentrer à la maison et c'est le pas et le coeur léger que je rejoins le chemin du Ru Saint-Roch. Je n'ai découvert ce jour qu'une infime partie du biotope de la ZNIEFF et déjà, l'envie d'y retourner me gagne.

En ouvrant le portail de mon jardin, je me sens d'un coup très chanceux de pouvoir vivre ces moments là, à seulement quelques kilomètres de la capitale et à quelques minutes à pied de chez moi. L'idée que cela puisse disparaitre un jour, à cause de l'urbanisation à outrance, me glace littéralement le sang et me crispe les mâchoires...

La mairie de Gagny vient juste de décider la construction d'un gymnase sur la ZNIEFF à proximité directe du petit vallon. Je me dis qu'il faut vraiment faire quelque chose pour empêcher cela, surtout quand on sait, qu'en 2002, la mairie avait donné son accord pour construire une ZAC sur la partie ouest de la ZNIEFF. Une procédure judiciaire, menée par Gagny Environnement, avait pu, in extrémis, empêcher ce désastre...Un danger écarté mais pour combien de temps encore ? L'idée m'est tout simplement insupportable.

J'ai l'impression que nous ne sommes qu'une poignée à vouloir vraiment lutter et que si les gens connaissaient les merveilles vivant à 2 pas de chez eux, nous serions peut-être un peu plus nombreux, Ne croyez-vous pas ?

Récit d'un habitant des Abbesses de Gagny-Chelles.