Les Abbesses de Gagny - Chelles

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fort de Vaujours

Le CEA (Commissariat à l'Energie Atomique) a utilisé le fort de Vaujours (localisé sur les villes de Vaujours, Courtry et Coubron) de 1955 – 1997 (afin de réaliser des expérimentations dans les technologies du nucléaire). C’est sur le fort de Vaujours qu’a été développé le système de détonation de la première bombe atomique française. De 2000 à 2002, suite à un long combat politico-associatif, le CEA a accepté des études de la CRIIRAD afin d’étudier les pollutions radioactives du site (45ha).

L'entrée du fort de Vaujours en 2010.

En 2002, La CRIIRAD (Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité) a démontré l’importance de la pollution du site au travers de quelques mesures exploratoires. Suite à ce rapport qui n’était pas une cartographie radiamétrique complète, le CEA a fait réaliser par SUBATECH, une décontamination limitée du site en surface autour des zones contaminées découvertes par la CRIIRAD.

Cette association a émis de très nombreuses réserves suite à ces opérations limitées de nettoyage, des réserves qui ont été très appuyées auprès de tous les acteurs dixit Bruno Chareyron, responsable du laboratoire de la CRIIRAD.

Le rapport de 2002 ( Rapport CRIIRAD - Dossier Vaujours / Synthèse et recommandations de la CRIIRAD du 17 Septembre 2002 ) exprime la nécessité d’un dépistage plus approfondi du site (Chapitre 3.2 page 10).

En 2010, la majeure partie du site est rachetée à l'état Français par la société Placoplatre dont des usines résident à proximité immédiate.

Une zone moindre est acquise par la Communauté d’Agglomération de Marne et Chantereine (CAMC – Chelles, Courtry, Vaires-sur-Marne, Brou-sur-Chantereine). Placoplatre désire réaliser une carrière à ciel ouvert et le CAMC, une zone d’activités.

Une carrière à ciel ouvert, cela signifie le déplacement sur 35ha et sur 20 mètres d’épaisseur des couches de terres et de strates géologiques supérieures du site, puis l’éclatement des masses de gypses avec des explosifs !!!

Une Zone d’activité, cela signifie des travaux pour construire des bâtiments et dont le remaniement des sols à proximité immédiate d’une carrière à ciel ouvert sur des sols très probablement contaminés.

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 22 février 2017

Fort de Vaujours : La face cachée des expérimentations atomiques en France

La face cachée des expérimentations atomiques en France

Article paru dans "Les InROCKS" le 21/02/2017 Par Emilie Jehanno http://abonnes.lesinrocks.com/2017/02/21/actualite/face-cachee-experimentations-atomiques-france-11909934/

Les essais nucléaires français en Algérie et Polynésie française restent une tache sombre de l’histoire de France. Il existe un autre récit atomique bien moins connu : celui des expérimentations en métropole. Pollutions, suspicions de cancers, secrets d’Etat : enquête sur les antichambres de la bombe.

Fort-de-Vaujours_IMG_8281.jpg

Le Fort de Vaujours (© Christophe Nedelec)

Un graffiti hommage à Moebius recouvre l’ancien laboratoire. La végétation grignote ce vestige, témoin tenace de l’histoire du nucléaire militaire. Cette friche industrielle, c’est le fort de Vaujours, construit au XIXe siècle pour défendre Paris. Les bâtiments vétustes, éventrés par les ferrailleurs, dessinent le cimetière d’une ville miniature, dotée de terrains de foot et de tennis. C’est ici que le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) a conçu Gerboise Bleue, la première bombe atomique française déclenchée dans le Sahara algérien, en février 1960. Qui se souvient aujourd’hui que les recherches permettant sa création se sont déroulées à 15 kilomètres de Paris ?

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, Charles de Gaulle a une ambition : doter la France de l’arme nucléaire. Pour la mettre en œuvre, le CEA investira notamment Vaujours, à cheval entre la Seine­-et­-Marne et la Seine-Saint-­Denis, et Moronvilliers dans la Marne. Surnommé en interne “l’antichambre du Pacifique”, Moronvilliers accueillera les pré-tests des essais nucléaires en Polynésie française. Si la France se targue d’appartenir au club fermé des nations possédant l’arme atomique, le coût humain de l’obtention de “cette force de dissuasion” reste une question en suspens. Soixante ans après les premiers essais nucléaires, populations locales, militaires et sous traitants ont toujours des difficultés à obtenir réparation (1). En métropole, les expérimentations ont-elles eu, elles aussi, des conséquences sanitaires ? Le ministère de la Défense a­-t-­il pris le risque de mettre en danger riverains, salariés et sous-traitants du CEA pour développer la dissuasion nucléaire française ?

Au téléphone, sa voix tremble de colère. Anne*, la cinquantaine, témoigne pour la première fois et n’a aucun doute : sa famille est victime des essais menés par le CEA. “On a laissé tomber nos vies au profit des avancées nucléaires”, estime-t-elle. En 2006, les médecins diagnostiquent à sa mère un cancer de la thyroïde. Quelques années plus tard, c’est au tour d’Anne. Son père contracte lui aussi un gros nodule à la thyroïde. Trois atteintes, aucun antécédent familial. “Ce n’est pas génétique. C’est un cancer très rare. Dans notre cas, il y a seulement un facteur commun”. Pendant près de vingt ans, ils ont vécu dans la commune de Courtry, située à un kilomètre des 50 hectares du fort. Les dirigeants du CEA entretenaient le silence, assure Anne. “Ils avaient un discours bien rodé, n’expliquaient rien. Pour eux, les explosions qu’on entendait venaient de la carrière, située à côté.” Mais pour Anne, cela pourrait être les essais de détonique menés au fort. Sans réaction nucléaire, ils consistent à faire exploser des engins comportant des matières chimiques et parfois radioactives, représentatives des constituants de la bombe, comme l’uranium appauvri. Et dans certains cas du béryllium, un élément très toxique.

Un parcours du combattant

Quand Anne passe le bac, les médecins diagnostiquent une tumeur au cerveau à l’une de ses voisines, âgée de 19 ans. “On pourrait recueillir beaucoup de témoignages mais les victimes n’osent pas parler”, estime Anne. Une part de déni, selon elle. Peut-être aussi la peur de mordre la main qui nourrit. Le CEA pourvoyait une bonne part de l’emploi des communes autour de ses sites d’expérimentation. En 2012, le Commissariat comptait 16 000 salariés pour un budget de 4,7 milliards d’euros, presque deux fois celui de la culture. Malgré tout, Anne voudrait réunir des témoignages pour déposer une plainte commune contre le CEA. Un parcours du combattant. En 2001, Jean Claude Antiga, un ancien sous-traitant du fort atteint d’un cancer de la thyroïde, l’avait attaqué en vain, faute de preuve concrète liant son activité et sa maladie.

En 2014, Grégory Jurado, conseiller municipal Front de Gauche de Courtry, met la main sur un document troublant : entre 2004 et 2007, à Courtry, 52 % des décès chez les hommes et 49 % chez les femmes sont dus à une tumeur. Des chiffres très au­ dessus de la moyenne francilienne. Les associations croient détenir une pièce décisive. C’est la douche froide : l’Agence régionale de santé (ARS) refuse de donner suite à leur demande d’étude épidémiologique. Dans un courrier, Claude Evin, alors directeur régional, leur oppose trois arguments : en 2002, une étude conduite auprès des 2 473 personnes ayant travaillé à Vaujours a conclu que le site ne présentait pas de risque sanitaire « supplémentaire » pour les riverains ; les chiffres extraits par Grégory Jurado feraient l’objet d’une « interprétation erronée » ; enfin, selon l’ARS, aucune donnée scientifique ne permettrait d’établir un lien entre radioactivité du site et cancer de la thyroïde. Contactée, l’ARS fait valoir que les arguments soutenus par Claude Evin sont toujours d’actualité.

Planté au milieu des plaines de Champagne, le site de Moronvillliers est rattaché à Pontfaverger, village de 1 700 habitants entouré de céréales et de vignes. Damien Girard y a été élu maire en 2014. Cet ancien président d’une association de protection de l’environnement porte depuis plus de dix ans la mobilisation autour du site d’expérimentations, fermé en 2013. Certains de ses proches, aujourd’hui décédés, travaillaient à Moronvilliers ou à Vaujours. Comme son beau-père, mort d’un cancer des poumons en 1998. “Il fumait beaucoup, je ne m’étais pas trop posé de questions”, justifie Damien Girard. C’est la perte d’un ami, Alain*, atteint d’un cancer aux poumons puis au cerveau, qui l’a convaincu d’initier ce combat. Avant de mourir, Alain se confie au maire : il est persuadé que Vaujours l’a contaminé un jour bien précis.

Embauché pour dépolluer le site, Alain démontait alors sans protection un bâtiment. Rien n’indiquait dans le protocole qu’il était contaminé, nous raconte Damin Girard. Lorsque le supérieur d’Alain s’aperçoit qu’il travaille sans protection, il lui passe un savon et l’oblige à prendre trois semaines de repos non déclarées. Alain meurt en 2004, à l’âge de 34 ans, d’un cancer. Comme son père avant lui. Ce dernier a travaillé sur le site de Moronvilliers. Il était chargé de vérifier le niveau de radioactivité de la zone de tir après une explosion. Un jour, le père d’Alain tombe dans un trou. Ses supérieurs l’enverrons se faire décontaminer dans le sud de la France. “Leurs cancers n’a jamais été reconnu comme une maladie professionnelle”, précise le maire de Pontfaverger.

Un autre cas, celui de Philippe*, le beau-frère de Damien Girard, illustre l’opacité du fonctionnement interne du CEA. Philippe décède à 56 ans de problèmes pulmonaires après avoir travaillé pendant plus de 20 ans au centre de Moronvilliers. Sur un enregistrement conservé par le maire, il raconte avoir nettoyé “en civil” les dalles de tir, sans toucher aux éléments irradiés. En 2002, lorsque la loi Kouchner autorise l’accès aux dossiers médicaux, Damien Girard réclame celui de son beau-frère et tombe des nues. A plusieurs reprises, des traces de béryllium, au dessus du seuil réglementaire, ont été détectées dans son nez. Jamais le CEA n’a informé son beau-frère de ces résultats.

Comment le Commissariat justifie-t-il d’avoir gardé ces informations à sa discrétion ? En expliquant que ce seuil n’implique pas nécessairement une contamination. Pourtant, inhalé, le béryllium est extrêmement toxique, même à faible dose : il induit des atteintes pulmonaires et des lésions hépatiques et rénales. Lorsque Damien Girard montre le dossier à un ancien directeur, ce dernier est entré dans une colère noire, raconte le maire : “Bande d’enfoirés, je leur avais dit de ne pas travailler avec ça. L’uranium, c’est de la rigolade, le béryllium, ça, c’est de la merde !”. Interrogé sur le cas de Philippe et sur l’utilisation de béryllium, le CEA botte en touche en expliquant que le tabac et le ciment en contiennent également.

“Motus et bouche cousue”

Pour dénoncer ce qu’il estime être un scandale d’Etat, Damien Girard voudrait mobiliser davantage. Dans la commune marnaise, les habitants, frileux, rechignent à parler. “Pendant 55 ans, nous avons eu le CEA chez nous, beaucoup de familles y ont travaillé, ont gagné de l’argent grâce à eux. Ils contrôlaient très bien l’information”, relate le maire. Et d’évoquer des rumeurs qui couraient à l’époque : les lignes téléphoniques des sous-traitants auraient été piratées pour vérifier que rien ne filtrait au sujet des essais. “C’était motus et bouche cousue, on ne savait rien et on ne posait pas de questions”, évoque un autre témoin de l’époque qui préfère garder l’anonymat. Parfois, au fil des conversations, quelques langues se délient et les souvenirs affleurent, comme ces problèmes de thyroïde ou cette vague de cancers chez les agriculteurs d’une commune voisine. “Ils tombaient comme des mouches à une période”, se souvient une infirmière. Mais, sans étude sanitaire, impossible de lier activités du CEA et cancers.

Le CEA se défend de toute opacité. Pourtant, des éléments sèment le doute. En avril 2016, une première réunion se tient dans le but de créer une commission d’informations à Moronvilliers. Deux versions du compte-rendu circulent : celle du CEA et celle de Bruno Chareyron, représentant la Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité (Criirad), disponible en ligne. Invité à la réunion par le maire Damien Girard, Bruno Chareyron révèle dans sa version des informations absentes du compte rendu non public du CEA, que nous avons pu consulter : il resterait, à ce jour, 2,7 tonnes d’uranium sur le site ; les tirs y ont été effectués à l’air libre et dans une centaine de puits creusés dans la craie à une profondeur de 20 à 25 mètres. Dans son rapport, le CEA confirme seulement l’utilisation d’uranium appauvri, de béryllium et de tritium. D’après la Criirad, de l’uranium de retraitement issu de déchets nucléaires aurait également été manipulé, pouvant contenir des traces de plutonium. L’association demande à ce qu’une évaluation d’impact sur le milieu aquatique, l’atmosphère et la chaîne alimentaire soit réalisée.

A Moronvilliers, le Commissariat indique que les bâtiments seront déconstruits et les sols, nettoyés. Mais le maire doute des procédures de décontamination, prenant l’exemple de Vaujours. Il ne veut pas que le site se transforme en “poubelle nucléaire”. Lorsque le fort de Vaujours a fermé en 1997, le CEA a mené des opérations de dépollutions et confirmé, à coup de campagnes de mesures, qu’il n’y avait pas d’anomalie. Pourtant, là encore, les versions se contredisent.

Dans le château d’eau qui abrite son association, Jacques Kalkotourian s’empare d’un document du CEA, tamponné “diffusion restreinte”, obtenu grâce à des contacts internes. Ce document présente les étapes de la dépollution de l’ancienne zone de brûlage, en 2002. Armés de petites pelles, les démineurs déterrent les morceaux d’uranium et les mettent en sacs. Les big bag seront amenés à… Moronvilliers avant d’être transférés sur des sites de stockage de déchets radioactifs. “A chaque pelletée, ils vérifiaient le niveau de pollution. Sur cette parcelle, plus ils avançaient, plus ils trouvaient des choses. Ils ont fini par s’arrêter car la pollution était trop importante”, se remémore Jacques Kalkotourian. “Ce site est particulièrement difficile à dépolluer”, estime Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire et chef du laboratoire de la Criirad. “Il faudrait mettre en place des moyens très lourds pour y parvenir.”

Est-ce à dire que le CEA n’est pas allé jusque-là ? En 2001 et 2002, la Commission concède qu’une contamination résiduelle à l’uranium subsiste. Et précise que l’analyse n’a pu être faite qu’en surface. Des fragments d’uranium peuvent subsister dans les sols et certaines tuyauteries enterrées. De son côté, la Criirad estime que la radiotoxicité de l’uranium appauvri est minimisée. En cas d’inhalation, il présente des risques sanitaires tels les cancers du poumon, des reins et des os. Mais le CEA est formel : les riverains ne coureraient aucun risque.

30 fois au-­dessus de la norme

En 2005, le fort de Vaujours est placé sous servitudes d’utilité publique : seules des activités industrielles peuvent s’y implanter. Et déjà, la friche suscite des convoitises. Son sous-sol est composée de gypse, une roche utilisée dans la fabrication du plâtre par Placoplatre, une filiale de Saint-Gobain. En 2010, l’entreprise rachète une partie de l’ancien centre. Elle prévoit de le transformer en carrière à ciel ouvert d’ici 2020. Si le projet est encore au stade d’étude, la démolition de certains bâtiments, qui a repris en janvier, inquiète les riverains : des poussières contaminées nuisibles à la santé peuvent-­elles s’en échapper ? Joint par téléphone, le responsable développement carrière de Placoplatre assure que toutes les mesures sont prises pour protéger la population.

Dès 2011, le projet de réhabilitation de la friche est contrarié. Convaincu de la persistance des pollutions, Christophe Nédelec, du collectif Sauvons la Dhuis, entre illégalement sur le fort, de nuit, avec une autre militante. Armés d’un compteur geiger amateur, ils cherchent des traces de pollutions et, au bout de deux heures, en trouvent. Dans une casemate de tir, leur geiger s’affole : un point chaud censé être décontaminé sonne 30 fois au ­dessus de la norme. La mobilisation repart. Les expertises s’enchaînent aussi : une nouvelle fois, rien n’est trouvé. “On m’a traité de menteur, on m’a accusé de tous les noms pendant trois ans”, raconte Christophe Nédelec, amer.

En février 2014, une visite est menée sous contrôle d’huissier : Placoplatre veut clore la polémique. Cette fois, la Criirad est présente à la demande des associations. Le compteur de la Commission sonne et détecte de la radioactivité. De la poussière et des micro­fragments radioactifs tombent au sol. Branle-bas de combat politique : Michel Billout, sénateur communiste de Seine-et­-Marne, et Aline Archimbaud, sénatrice écologiste de Seine-Saint-Denis, s’emparent du dossier. Ils font appel à la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, qui instaure une nouvelle commission de suivi de site en juin 2014.

Les réunions s’enchaînent, des associations s’estiment méprisées. Les maires de Coubron et Courtry, Ludovic Toro (UDI) et Xavier Vanderbise (LR), claquent la porte deux ans plus tard. Sans grand effet. En novembre, le préfet de Seine-et-Marne retire au maire de Courtry sa prérogative en matière d’urbanisme, le délestant du peu de pouvoir qu’il avait sur ce dossier. Le gypse est considéré comme une ressource “d’intérêt général”. Seul champ d’action restant : les subventions à la Criirad. Pour la première fois, en novembre, la Commission assiste à une réunion. Elle dénonce l’insuffisance des mesures prises pour mesurer la qualité de l’air pendant le chantier. Dans ce dossier, aussi bien politique, sanitaire, qu’économique se mène une féroce bataille d’informations et de maîtrise des savoirs. En 2015, trois associations environnementales ont porté plainte pour mise en danger de la personne. L’enquête est en cours.

Au cours d’une conversation sibylline, un ancien ­agent du Commissariat, habilité au secret défense, prévient : “Le CEA ne vous donnera pas ses billes, soit il les a perdues, soit il les a brûlées. Aucun gouvernement ne répondra car ils sont tous mouillés dans cette affaire, à droite comme à gauche.” Sollicité, le ministère de la Défense a renvoyé vers le CEA, le ministère de la Santé vers l’ARS. Le ministère de l’Environnement n’a pas donné suite à nos questions.

Emilie Jéhanno

(1) Un vote historique, début février, devrait changer la donne : les parlementaires ont supprimé la notion de risque négligeable, qui a constitué jusque-là un frein à l’indemnisation des victimes en Polynésie française. Le “risque négligeable” permettait d’introduire une dose de doutes sur le lien fait entre la maladie radio-induite et les essais nucléaires. (A lire sur cette question : les témoignages édifiants rassemblés dans le livre Les Irradiés de la République, GRIP Editions.)

  • Les prénoms ont été modifiés.

Le Collectif "Sauvons la Dhuis"

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

lundi 13 juin 2016

Sauvons la DUIS : Fort de Vaujours - les contaminations radioactives se multiplient

Dernier communiqué du collectif "Sauvons la Dhuis" sur le Fort de Vaujours

Fort de Vaujours : les contaminations radioactives se multiplient

Sur le fort de Vaujours, les découvertes de contaminations radioactives se multiplient. Sans la visite « surprise » de l’Autorité de Sureté Nucléaire et la divulgation de son rapport délivré en Février dernier, ce n’était pas au travers des présentations de Placoplâtre diffusées lors des réunions liées à la Commission de Suivi de Site montée par la Ministre de l’environnement, que l’on aurait appris quoi que ce soit.

Fort2Vaujours_25022014_Fronton03_Web.jpg

Le Fort de Vaujours, lieu d'expérimentation des détonateurs des bombes atomiques françaises de 1951 à 1997.

La partie immergée de l’iceberg commence à s’entrevoir. Ainsi, on apprend maintenant :

  • La découverte de multiples zones contaminées en matière(s) radioactive(s) dans plusieurs bâtiments du site. L’ASN précise dans son rapport que les analyses sont toujours en cours, les bâtiments n’ayant été que partiellement inspectés. Placoplâtre n’a diffusé aucun rapport technique détaillé, on ne connait donc pas à ce jour, la dangerosité des matières radioactives en question.
  • La découverte d’une canalisation contaminée en matières radioactives, bouchée avec du béton s’écoulant vers un puit plongeant directement dans la pierre à plâtre que Placoplâtre désire exploiter.
  • La découverte d’éclats de RADIUM, matière radioactive particulièrement dangereuse.
  • Des témoignages recueillis par la CRIIRAD début Avril mentionnent des expériences réalisées avec du TRITIUM.
  • Le CEA a annoncé également le 01 Avril 2016 avoir utilisé dans le cadre de ses expériences de l’uranium de retraitement. En clair, des déchets radioactifs issus de combustibles usagés de centrales nucléaires contenant du PLUTONIUM, de l’AMERICIUM et du NEPTUNIUM. Oui, vous avez bien lu, difficile de faire PIRE. Ces informations changent radicalement la donne sur la dangerosité de la contamination radiologique du Fort de Vaujours. Le CEA a admis qu’il restait 2,7 tonnes de cet URANIUM dans l’annexe technique d’expérimentation du Fort de Vaujours située en périphérie de Reims (Moronvilliers). Quelle quantité de ces déchets nucléaires est enfouie dans les puits du Fort de Vaujours ? Le mystère reste entier.
  • Des analyses de l’eau présentent également une anomalie au niveau de la fosse d’Aiguisy qui jouxte le fort avec une concentration en URANIUM 10 fois supérieures à la source des Malades localisées sur la commune de Courtry. Placoplâtre n’a pas daigné verser les documents techniques à la commission. L’ASN a déclaré par voie de presse n’avoir rien reçu et avoir découvert cela sans plus d’explication courant Février. Il convient de spécifier qu’une analyse par temps de pluie sur le Fort de Vaujours courant 2013 avait révélé des taux de radioactivité anormaux au niveau d’un puisard. La CRIIRAD que nous avons contacté considère que les taux relevés dans la fosse d’Aiguisy sont des anomalies qui méritent une analyse fine afin de cerner la nature exacte de concentrations d’URANIUM présentes dans l’eau.

Fort-de-Vaujours_Drone_MP_01.png

Extrait du Documentaire les Kamikazes de Vaujours

Quand on pense qu’entre 2010 et Février 2014, la stratégie de Placoplâtre et des services de l’Etat (CEA, IRSN, PREFECTURES,…) a été de nier catégoriquement la présence de contaminations radioactives sur le fort de Vaujours, ces révélations laissent songeuses. En lisant leurs dernières déclarations dans la presse, cette société filiale de Saint-Gobain, jusqu’au boutiste, ose encore tenter de minimiser la nature du problème et l’ampleur des contaminations.

C’est par des révélations de salariés de Brunel Démolition, en charge de la destruction de centaines de bâtiments du Fort, que nous apprendrons que les travaux sont à l’arrêt depuis fin Janvier 2016, suite à un litige commercial avec Placoplâtre. Ce « litige » est apparu bizarrement suite à la visite surprise de l’ASN afin de faire le point sur les contaminations radioactives découvertes.

Selon les informations que nous avons obtenu, la société pressentie pour remplacer Brunel Démolition est la société CARDEM. Une des sociétés pressenties pour le retrait des terres est la société COSSON, filiale SCREG, COLAS et BOUYGUES. Des salariés de ces sociétés très inquiets pour leur santé et apeurés à l’idée de perdre leurs emplois, nous ont contacté à de multiples reprises.

Le Collectif Sauvons la Dhuis, demande aux Maires de Courtry et Coubron de sortir de la simple posture et de faire enfin ce qui est nécessaire et indispensable pour préserver les populations ainsi que les travailleurs.

Le Collectif Sauvons la Dhuis, redemande avec Force l’abandon immédiat et inconditionnel du projet insensé d’exploitation des sous-sols du Fort de Vaujours par la société Placoplâtre, filiale du Groupe Saint-Gobain.

Le Collectif Sauvons la Dhuis, redemande à Ségolène Royale, en sa qualité de Ministre de l’Environnement de faire enfin ce qui est nécessaire et indispensable pour préserver la santé des habitants de l’Est Parisien et que toute la lumière soit faite pour expliquer pourquoi 52% des hommes et 49% des femmes décèdent de cancers sur la ville de Courtry ?

Le Collectif "Sauvons la Dhuis"

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

jeudi 11 juin 2015

Fort de Vaujours / Bois Gratuel : Appel à Manifester Samedi 20 Juin 2015

Fort de Vaujours / Bois Gratuel : Appel à Manifester Samedi 20 Juin 2015

Point de ralliement : Route de Courtry 93410 Vaujours, au niveau du rond-point d’accès à la Nationale 3, Samedi 20 Juin 2015 à 14h00.

OPPOSITION TOTALE A LA DESTRUCTION DU FORT DE VAUJOURS ET DU BOIS GRATUEL

Devant le jusqu'au-boutisme de Placoplâtre et la complicité désormais flagrante de tous les services de l’Etat Français, le collectif Sauvons la Dhuis vous invite à manifester Samedi 20 Juin 2015 à 14h00, Route de Courtry 93410 Vaujours, au niveau du rond-point d’accès à la Nationale 3.

Aux portes de Paris, Placoplâtre, filiale du groupe Saint-Gobain, souhaite mettre en œuvre une carrière de plâtre à ciel ouvert sur les terres de l'ancien Fort de Vaujours. Ce site, lieu d’expérimentation des détonateurs des armes nucléaires françaises de 1951 à 1997, est contaminé à l’Uranium, très probablement au Béryllium et avec d'autres substances et matières particulièrement dangereuses dont des munitions non explosées de la seconde guerre mondiale.

Manifestation du 17 Mai 2014

Manifestation contre l'exploitation du Fort de Vaujours du 17 mai 2014

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Un temps suspendu, suite à une première phase ne garantissant pas la sécurité des travailleurs et des populations riveraines, les travaux de démolition des bâtiments de Fort de Vaujours doivent reprendre avec l’appui des préfectures, de l’autorité de sûreté nucléaire et du gouvernement français qui pèse de toutes ses forces sur ce dossier au détriment des élus locaux qui expriment leur indignation.

Fort2Vaujours_25022014_Fronton03_Web.jpg

Le Fort de Vaujours, lieu d'expérimentation des détonateurs des bombes atomiques françaises de 1951 à 1997.

L’exécution de cette première phase de démolition a fait l’objet d’une plainte, déposée fin Avril 2015 entre les mains de Monsieur le Procureur de la République de Meaux, pour mise en danger de la personne suite à des travaux de démolition accomplis, au cours de l’année 2014, sur le site du Fort de VAUJOURS, en violation d’obligations particulières de prudence ou de sécurité prévues par la loi et le règlement.

Le 2 Juillet 2014, suite à notre pétition et à la médiatisation de cette menace qui pèse sur les populations et les travailleurs, une Commission de Suivi de Site (CSS) a été mise en place à demande de la ministre de l’Environnement, Madame Ségolène Royal.

Lors de la tenue de cette commission, le 5 Mai 2015, les élus locaux n’ont été en aucune façon écoutés et le débat ainsi que les expertises contradictoires ont été bannis. Les services de l’Etat, sans communication du protocole précis de démolition par Placoplâtre, ont donné leur feu vert pour la destruction de 215 bâtiments anciennement occupés par le Commissariat à l’énergie atomique. A ce jour, le protocole n’a toujours pas été communiqué

Voir le document CRIIRAD suivant : http://criirad.org/vaujours/2015-05-04_L_asso-vaujours.pdf

Pour enfoncer le clou, à seulement quelques kilomètres du Fort de Vaujours, contre l’avis de la municipalité, des élus locaux et des populations locales, Placoplâtre exige la destruction du Bois Gratuel sur la commune de Villevaudé.

Villevaude_Gratuel_30032015_Triton_Alpestre_03w.jpg

30/03/2015 - Villevaudé - Bois Gratuel : Triton alpestre mâle (Ichthyosaura alpestris). Espéce protégée en France et particulièrement rare en Ile de France.

Traversé par l’Aqueduc et la promenade de la Dhuis et faisant partie intégrante du corridor écologique ou trame verte qui relie la Seine Saint-Denis (93) et la Seine et Marne (77), il héberge un nombre important d’espèces protégées au niveau national et régional.

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

Nous vous invitons à nous rejoindre pour exiger l’arrêt immédiat de ces projets insensés qui mettent à sac les derniers milieux naturels d’Ile de France et constituent un péril pour la santé des travailleurs ainsi que celle des populations riveraines.

Le rendez-vous est fixé : Route de Courtry 93410 Vaujours, au niveau du rond-point d’accès à la Nationale 3, Samedi 20 Juin 2015 à 14h00.

Nous comptons sur vous très nombreux pour que la destruction du Fort de Vaujours cesse sur-le-champ et que ce projet surréaliste soit définitivement abandonné dans les délais les plus brefs. Nous comptons également sur vous pour nous aider le Bois Gratuel et à sauvegarder les derniers milieux naturels de l’Est Parisien menacés par l’appétit dévorant des carriers et le lobby puissant qu’ils exercent jusqu’au sommet de l’Etat français.

C'est la santé des travailleurs et des populations qui est en jeu par l'éclatement planifié de cette colline qui surplombe les villes de Vaujours, Courtry, Coubron et Villeparisis.

Nos vies et des espèces en voie d’extinction ont-elles moins de valeur que du plâtre ?

PS : Cette manifestation est avant tout une marche citoyenne et apolitique. Ainsi, nous demandons aux élus et membres de partis politiques souhaitant participer à cet événement de ne porter aucun signe distinctif et de n'envoyer aucun message à caractère politique.

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

jeudi 26 mars 2015

Fort de Vaujours : Merci à tous les donateurs

Fort de Vaujours : Merci à tous les donateurs

26/03/2015 : Le dernier communiqué du collectif "Sauvons la Dhuis"

En janvier dernier, nous avons organisée une levée de dons afin de couvrir nos frais de recours juridiques contre le projet de Placoplatre, filiale du Groupe Saint-Gobain, sur le Fort de Vaujours.

Notre action sur Citizencase : http://citizencase.org/projet/fort-de-vaujours-vous-avez-dit-radioactif/

Les résultats ont dépassé nos espérances.

Avec un premier palier fixé à 6950€, nous avons, à ce jour, collecté 12650 € et recueillons encore de nouvelles donations.

Nous tenions à remercier très chaleureusement les 354 donateurs qui nous ont permis d’atteindre cet objectif.

Fort2Vaujours_25022014_Fronton03_Web.jpg

Le Fort de Vaujours, lieu d'expérimentation des détonateurs des bombes atomiques françaises de 1951 à 1997.

La solidarité financière s’est manifestée des quatre coins du pays tout au long de cette campagne, et ce soutien nous permettra d’aller au terme de notre action afin de garantir la santé des travailleurs et des populations riveraines.

Nous tenions à féliciter nos partenaires, CitizenCase et Change.Org, pour nous avoir assistés dans cette collecte de fonds décisive. Nous remercions également les signataires de notre pétition sur Change.Org qui ont donné cette ampleur à notre collecte.

Notre pétition sur Change.Org : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Sans attendre la finalisation de la levée de fonds, nous avons demandé à notre cabinet d’avocats de travailler activement sur les recours à venir. Une premier recours devant les tribunaux devrait être déposé d’ici peu.

Extrait du documentaire "Pollution des sols - le scandale caché" de Sarah Oultaf, diffusé sur France5 le 20/01/2015 dans le monde en face.

Cet extrait parle du Fort de Vaujours. Il a été visionné lors de sa diffusion par 1.100.000 personnes.

Les fonds vont être perçus par la fédération des associations environnementales de Seine-Saint-Denis, Environnement 93, membre du collectif « Sauvons la Dhuis » qui possède tous les agréments nécessaires pour porter cette action devant les tribunaux. Nous remercions, par la même, son conseil d'administration pour avoir soutenu cette action à l'unanimité.

Nous allons préparer les reçus fiscaux afin que les donateurs puissent bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu à hauteur de 66 % dans la limite des 20 % du revenu imposable. Cette déduction fiscale ne pourra être cependant imputée que sur vos revenus de l’année 2015 déclarés en 2016, nous vous enverrons rapidement le reçu fiscal.

Nous vous tiendrons bien sûr régulièrement informés de l’évolution de ce dossier.

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

jeudi 5 mars 2015

Fort de Vaujours : Pollution des sols - le scandale caché

Extrait du documentaire "Pollution des sols - le scandale caché" de Sarah Oultaf, diffusé sur France5 le 20/01/2015 dans le monde en face.

Cet extrait parle du Fort de Vaujours. Il a été visionné lors de sa diffusion par 1.100.000 personnes.

Le reportage complet :

jeudi 29 janvier 2015

Fort de Vaujours : l'heure de la Justice a sonné

Fort de Vaujours : l'heure de la Justice a sonné

Vous êtes désormais 130.000 signataires de notre pétition demandant la vérité sur les contaminations et les pollutions du Fort de Vaujours.

Lien vers la pétition : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Le succès de cette pétition portée par Change.Org a permis :

  • une mobilisation exceptionnelle à l'échelle nationale,
  • des manifestations ayant réuni des centaines de personnes,
  • une médiatisation du sujet dans les plus grands médias nationaux et même au delà de nos frontières (New York Times , BFMTV, FRANCE 5, FRANCE 3, Charlie Hebdo, 20 minutes, le Parisien, Aujourd'hui en France, Politis,, L'humanité, AFP, …),
  • la reconnaissance de la contamination radiologique du Fort de Vaujours suite aux quarante années d'expérimentations du Commissariat à l’Énergie Atomique pour y développer, dans le plus grand secret, les détonateurs des bombes atomiques de l'armée française,
  • une suspension temporaire des démolitions des bâtiments du site pratiquées suivant un protocole mettant en danger les travailleurs et les populations riveraines.

Fort2Vaujours_25022014_Fronton03_Web.jpg

Le Fort de Vaujours, lieu d'expérimentation des détonateurs des bombes atomiques françaises de 1951 à 1997.

Si vous n,'avez pas été en mesure d'assister à la diffusion du reportage « Pollution des sols, le scandale caché », vu par plus d'un million de téléspectateurs, en date du 20 janvier dernier sur France5, veuillez suivre le lien suivant : http://youtu.be/4u328IyYeHs

Malgré cette prise de conscience à l'échelle nationale et internationale des dangers du projet d'exploitation des sous-sols du Fort de Vaujours sur la santé des travailleurs et des populations environnantes, le projet de la société BP PLACO (Anciennement PLACOPLATRE) et filiale du groupe SAINT-GOBAIN est en passe de reprendre avec l'accord de tous les services de l'Etat Français.

Depuis 5 mois, le collectif « Sauvons la Dhuis » travaille sans relâche avec un cabinet d'avocats spécialisé pour étudier tous les moyens légaux pouvant aboutir à un arrêt définitif de ce projet à très hauts risques aux portes de Paris.

Logo-environnement-93.jpg

La fédération des associations environnementales de Seine-Saint-Denis, Environnement 93, membre du collectif « Sauvons la Dhuis » possède tous les agréments nécessaires pour porter cette action devant les tribunaux. Nous remercions, par la même, son conseil d'administration pour avoir soutenu cette action à l'unanimité.

LogoCitizenCase-1000_blanc.jpg

Pour faire aboutir cette action, nous avons besoin de votre soutien. C'est en ce sens que nous faisons appel à vous. Nous vous invitons à y prendre part grâce à Citizencase, une plateforme de financement participatif pour un meilleur accès à la justice pour les associations.

Citizencase a permis notamment à France Nature Environnement, notre fédération nationale, de lever les fonds nécessaires pour continuer ses actions en justice contre la construction du Barrage de Sivens et de l’Aéroport de Notre Dame des Landes.

Nous avons aujourd'hui besoin du même engouement populaire et citoyen. Les versements sous forme de dons vous permettent de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu à hauteur de 66 % dans la limite des 20 % du revenu imposable.

Vous pouvez d’ores et déjà nous soutenir à en allant sur le site Citizencase à l'adresse suivante : http://citizencase.org/projet/fort-de-vaujours-vous-avez-dit-radioactif/

Cette campagne de collecte de soutiens nous permettra de préparer les recours juridiques à venir, et mettre ainsi un terme au projet de PLACOPLATRE.

Donner, c'est participer à la construction d'un modèle alternatif, respectueux de l'environnement, soucieux de la santé des personnes et de notre droit à l'information.

Donner, c'est déjà agir !

Votre soutien nous est précieux !

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

vendredi 4 juillet 2014

Fort de Vaujours : le Protocole de la Honte

Fort de Vaujours : le Protocole de la Honte

Le 20 mars 2014, nous avions dévoilé que Placoplatre avait démarré à l'abri des regards la destruction du Fort de Vaujours. Nous avions dénoncé un démarrage irresponsable et inconscient des démolitions ainsi que l’incompétence totale de l'ensemble des experts de cet industriel à détecter les contaminations à l'uranium du Fort.

Notre communiqué en date du 20 Mars 2014 : http://sauvons.dhuis.fr/post/2014/03/20/Le-Fort-de-Vaujours-%3A-la-destruction-des-b%C3%A2timents-a-commenc%C3%A9.

Fort2Vaujours_25022014_Fronton03_Web.jpg

Le Fort de Vaujours, lieu d'expérimentation des détonateurs des bombes atomiques françaises de 1951 à 1997.

Cette première campagne de destruction s'est achevée mi-mai pour un total de 24 bâtiments. Elle a été réalisée par des salariés de la société Brunel Démolition, filiale du groupe Colas.

Le 02 Juillet 2014, après-midi, l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) a rendu publique un rapport en date du 17 Avril 2014 qui fait froid dans le dos.

Lien vers le rapport de l'IRSN : http://www.irsn.fr/FR/expertise/avis/Documents/Avis-IRSN-2014-00155_Vaujours-Placoplatre.pdf

À la lumière de ce rapport qui analyse le protocole de démolition des bâtiments, il apparaît clairement qu'il y a eu mise en danger des travailleurs et des riverains ainsi qu'un non-respect de l'environnement.

Dans ce rapport particulièrement accablant, l'IRSN accuse Placoplatre d'avoir retenu une méthodologie incapable de détecter les contaminations à l'uranium du Fort et "d'écarter la présence d'une contamination résiduelle susceptible de générer une exposition interne par inhalation ou ingestion involontaire des travailleurs".

L'IRSN estime ne pas être "en mesure de se prononcer sur le bienfondé de l'approche retenue pour prévenir des risques d'exposition des travailleurs et du public". Elle enfonce le clou en précisant qu'il n'y a eu "aucune évaluation des risques d'exposition interne, ni de disposition opérationnelle particulière qui permettrait de le prévenir".

Nous avons une pensée attristée pour les travailleurs qui ont participé à cette première campagne de démolition, à eux ainsi qu'à leurs familles. Nous avons également une pensée pour les usagers de la promenade de Dhuis qui passe juste en contrebas du Fort de Vaujours.

Il convient de signaler que Placoplatre a organisé des visites du chantier pour des élus du secteur dont certains ont pu assister en direct à la destruction de bâtiments.

L'IRSN ajoute qu'il n'y a eu "aucune disposition de protection particulière visant à éviter la dissémination des poussières dans l'environnement lors des travaux" avant d'affirmer que le dossier de Placoplatre ne "permet pas d'apprécier le caractère probable ou non d'une contamination des bâtiments selon leur usage passé".

De Mars à mi-mai 2014, Placoplatre a donc mis en danger la santé d'autrui. Daté du 17 Avril 2014, le rapport de l'IRSN n'aura même pas été pris considération. Les destructions se poursuivront pendant plus d'un mois.

Malgré nos avertissements incessants et nos demandes répétées, les préfets de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne, n'ont rien fait pour faire cesser cette campagne, bien au contraire.

Le 2 juillet 2014, quelques heures seulement avant de la publication officielle du rapport de l'IRSN, la préfète de Seine-et-Marne, Nicole Klein, a fini par annoncer qu'il n'y aurait plus de nouvelles démolitions tant que Placoplatre n'aura pas mis en œuvre un protocole validé par l'Autorité de Sûreté Nucléaire.

Cette déclaration a été faite lors de la première réunion de la Commission de Suivi de Site du Fort de Vaujours. Dans les mois qui viennent, Placoplatre désire procéder à la destruction de 211 bâtiments supplémentaires. Ces démolitions futures sont censées être encadrées par le travail de cette commission.

Que peut-elle dire aux travailleurs ainsi qu'aux riverains du Fort dont la santé est mise en danger et qui sont peut être déjà contaminés par un mal intérieur qui se déclarera dans plusieurs années sous la forme de cancers ???

Que penser de ces préfets qui, lors de la première réunion de cette commission, ont laissé Placoplatre affirmer que sa campagne de destruction s'était parfaitement déroulé ? Et pourquoi ont-ils fait en sorte que le rapport de l'IRSN ne soit jamais évoqué ???.

Que penser de ces préfets, qui ont pipé tous les dés de cette commission en n'invitant pas toutes les associations du collectif "Sauvons la Dhuis" et en refusant l'expertise indépendante de la CRIIRAD (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité) pourtant partie prenante de ce dossier depuis plus de 13 ans ???

Tout a été mis en œuvre pour qu'il n'y ait aucun débat contradictoire !!!

Notre communiqué du 19 juin 2014 : http://sauvons.dhuis.fr/post/2014/06/19/FORT-DE-VAUJOURS-%3A-L%E2%80%99irresponsabilit%C3%A9-totale-des-services-de-l%E2%80%99Etat
Lire le communiqué de presse de la CRIIRAD en date du 26 février 2014 : http://www.criirad.org/actualites/dossier2014/vaujours/26-fev-2014.pdf

Ces agissements inacceptables portent un coup terrible à la crédibilité des services de l'État, ainsi qu'au fondement démocratique de notre nation. Ils laissent présager du pire. Nous demandons au Préfet de la Région Ile de France de reprendre en personne la direction de cette commission et fasse enfin respecter l'État de droits.

Le collectif "Sauvons la Dhuis" exige toujours la levée immédiate du secret défense sur les activités du Commissariat à l'Énergie Atomique sur le fort de Vaujours de 1955 à 1997 ainsi que l'abandon définitif et immédiat du projet d'exploitation du site par la société Placoplatre, filiale du Groupe Saint-Gobain.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

jeudi 19 juin 2014

FORT DE VAUJOURS : L’irresponsabilité totale des services de l’Etat

FORT DE VAUJOURS : L’irresponsabilité totale des services de l’Etat

Le 17 février 2014, des associations du collectif "Sauvons la Dhuis" ainsi qu’Ile de France Environnement ont adressé un courrier officiel au ministre de la défense. Pour des raisons de sécurité et de santé publique, il était demandé au ministre de transmettre les informations détaillées permettant la localisation précise de l’ensemble des ouvrages susceptibles d’être contaminés en profondeur d’un point de vue radiologique, chimique et pyrotechnique.

Manifestation du 17 Mai 2014

Manifestation du Collectif "Sauvons la Dhuis" en date du 17 Mai 2014

Ce courrier avait donc pour objectif d'obtenir des informations précises sur la localisation et la nature des pollutions liées aux expériences qui ont été réalisées sur le Fort de Vaujours pour développer les détonateurs des bombes atomiques françaises de 1955 à 1997.

En effet, ces expérimentations réalisées par la Direction des Applications Militaires (DAM) du Commissariat à l'Énergie Atomique (CEA) pour le compte de l'armée française sont toujours frappées du secret défense.

Depuis la fermeture du Centre d'Étude de Vaujours, le CEA n'a cessé de fournir des informations fragmentaires, contradictoires ou volontairement erronées mises à mal par toute une série de documents officiels et officieux, des vidéos et des entretiens d'époque, des rapports d'expertises indépendants dont notamment ceux de la CRIIRAD, ainsi que de nombreux témoignages d'anciens travailleurs du site.

Ces sources multiples, convergentes et souvent irréfutables ont permis de révéler :

Nous voulions que le ministère de la défense s'engage enfin à révéler au public toute l’étendue des expérimentations réalisées sur le Fort de Vaujours.

Fort2Vaujours_25022014_FrontonFort_Web.jpg

Les mesures de radioactivité du 25/02/2014 qui ont démontré officiellement que le Fort de Vaujours est toujours contaminé à l'Uranium.

Près de 4 mois après notre courrier, la réponse du ministère de la défense donne un quitus total aux activités du CEA en oubliant ou ignorant consciemment tout ce qui s’est passé sur le Fort de Vaujours de 1955 à 1997, en prétextant que cela n’est pas de sa responsabilité.

Le CEA est un Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC); à ce titre il dispose d’une autonomie financière et administrative, mais l’Etat ne peut se soustraire à sa responsabilité quant aux risques et nuisances liées aux activités de cet organisme public de recherche scientifique sur le Fort de Vaujours.

Le ministère de la défense assure dans ce courrier que le CEA a toujours fait preuve de la plus grande transparence. Il déclare notamment que de nombreuses informations sont consultables sur internet et ose citer en exemple le site internet de Placoplâtre dédié à la communication autour de leur projet d’exploitation des sous-sols du fort !!!

Donner en exemple, un site internet de la société Placoplâtre pour l’obtention d’informations objectives sur le sujet, ne trompe plus sur les ramifications de cette société privée jusqu'au sommet de l'État français au point d’influencer les positions officielles du ministère de la défense.

Pour finir, le ministère botte en touche et nous demande de nous rapprocher des préfectures et de continuer de participer aux commissions stériles organisées sur le sujet depuis 2011, tandis que le 25 février dernier, il a été démontré que le site était toujours contaminé à l'uranium et que Placoplâtre a entamé depuis, sans état d'âme, la destruction du fort avec un protocole, rejeté par l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), qui n'apporte pas de garanties suffisantes pour la santé des travailleurs et des populations riveraines.

Cette réponse écrite est indigne d'un ministère de l'État Français et d'un pays "démocratique" tel que la France, elle démontre un abandon total des services de l'État pour la préservation de la santé des travailleurs et des populations des villes riveraines (Courtry, Coubron, Vaujours et Villeparisis) au profit des intérêts économiques d’une société privée.

>> Lien vers le courrier du ministère de la Défense - page 1

>> Lien vers le courrier du ministère de la Défense - page 2

Une Commission de Suivi de Site (CSS) autour du Fort de Vaujours a été créée par les préfectures de Seine-et-Marne et de Seine-Saint-Denis. Une première réunion aura lieu, le 02 Juillet 2014 à Melun. Il convient de préciser que la ville de Melun est située à plus de 60 kms du Fort de Vaujours et nombreux sont ceux qui déjà en vacances ne pourront y participer !!!

Le collectif "Sauvons la Dhuis" ainsi que la Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) en ont été exclus tandis que la société Placoplâtre pourra se faire assister d'experts du CEA et l'Autorité de Sûreté Nucléaire de techniciens de l'IRSN !!!

Cette commission a été voulue par le ministère de l'environnement et les préfectures ont choisi délibérément de ne pas inviter les acteurs majeurs de ce dossier qui "dérangent".

Cette nouvelle manœuvre des services de l'État Français pour enterrer ce dossier au profit des intérêts d'une société privée est tout simplement inqualifiable, il n'y a pas d'autres mots.

>> Lien vers le document de constitution de la Commission de Suivi de Site du Fort de Vaujours - AI_CSS_Fort_de_Vaujours_18_juin_2014.pdf

Le collectif "Sauvons la Dhuis" exige donc toujours la levée immédiate du secret défense sur les activités du CEA sur le fort de Vaujours de 1955 à 1997, l'arrêt immédiat des démolitions en cours et l'abandon définitif du projet d'exploitation du site par la société Placoplâtre, filiale du Groupe Saint-Gobain.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

vendredi 30 mai 2014

Fort de Vaujours : La responsabilité de l’Etat en question !

Fort de Vaujours : La responsabilité de l’Etat en question !

Pour commencer, nous voudrions remercier les plus de 400 personnes qui ont répondu à l'appel de notre dernière manifestation, en date du 17 mai dernier, pour exiger l'arrêt des démolitions et l'abandon définitif du projet de Placoplatre sur le Fort de Vaujours.

Manifestation du 17 Mai 2014

Depuis notre dernier communiqué, quelques rebondissements se sont produits.

Le 12 mai dernier, l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) a considéré que le protocole de démolition mis en œuvre par Placoplatre pour détruire les 26 premiers bâtiments du Fort ne présentait pas de garanties suffisantes pour assurer la protection des travailleurs, du public et de l'environnement au regard des risques radiologiques. Cet avis a été rendu alors que la première tranche du chantier était déjà en passe d'être terminée. À ce jour, il subsiste encore plus de 150 constructions à démolir. 

Le directeur d'exploitation de Placoplatre, à la divulgation de cet avis, a osé déclarer, par voie de presse, qu'il n'avait pas "d'état d'âme" !!! Un tel cynisme devant le fait accompli est tout simplement intolérable.

L'avis de l'IRSN démontre d'une manière indiscutable que les travailleurs et les riverains ont été mis en danger et cela dès le début des opérations de destruction du Fort.

En avril dernier, nous avons mis la main sur des documents officiels prouvant que le Commissariat à l'Énergie Atomique a réalisé sur le Fort de Vaujours d'importantes expérimentations mettant en œuvre du béryllium.

Le béryllium fait partie des produits chimiques les plus dangereux. Ce métal utilisé dans le nucléaire est non radioactif mais il est extrêmement toxique pour l'homme. Toute manipulation du béryllium comporte un risque très grave pour la santé. 

L'inhalation de poussières et autres fumées véhiculant des particules de béryllium peut, même à très faible dose et après l'arrêt de l'exposition, provoquer des cancers, ainsi qu'une autre maladie mortelle : la bérylliose.

En plus de la présence désormais avérée de contaminations à l'uranium, nous avons toujours pointé la quasi-absence d'analyse des sols au niveau des risques liés au métaux lourds ainsi qu'aux pollutions chimiques et pyrochimiques.

En effet, des contaminations à l'uranium, trouvées à leurs risques et périls par nos membres en 2011, ont été officialisées devant huissier de justice le 25 février dernier. Ces contaminations ont été niées pendant plus de 3 ans par Placoplatre. Par la force des choses, le 15 avril dernier, l'IRSN et l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) ont été contraints d'admettre officiellement que le Fort de Vaujours était toujours contaminé.

Fort2Vaujours_25022014_FrontonFort_Web.jpg

Les mesures de radioactivité du 25/02/2014 qui ont démontré officiellement que le Fort de Vaujours est toujours contaminé à l'Uranium.

Si l'irresponsabilité et l'incompétence manifeste de Placoplatre continuent, que se passera-t-il, sur ce site contaminé, quand il faudra achever la destruction des infrastructures du Fort, déplacer des millions de m3 de terres puis éclater la pierre à plâtre du massif de l'Aulnoye à coups d'explosifs ?

Quand le ministère de l'Environnement et les services de l'État vont-ils enfin prendre leurs responsabilités ?

Quand le ministère de la défense va-t-il enfin lever le voile sur les secrets qui pèsent sur ce lieu de conception des détonateurs des bombes atomiques françaises ?

Quand les préfectures vont-elles enfin prendre la pleine mesure des risques en cours et à venir que le projet de Placoplatre fait peser sur les travailleurs et les populations riveraines ?

Quand les élus des villes concernées vont-ils faire ce qui est nécessaire et indispensable pour faire stopper les démolitions en cours et mettre un terme à ce projet délirant aux portes de Paris ?

Nous sommes désormais toutes et tous au pied du mur.

Le collectif "Sauvons la Dhuis" re-demande avec plus de force que jamais que les destructions cessent sur-le-champ et que le projet d'exploitation de Placoplatre soit définitivement jeté aux oubliettes.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

lundi 19 mai 2014

Fort de Vaujours : 500 manifestants contre la carrière au fort de Vaujours

Article du Parisien en date du 19 Mai 2014 :

500 manifestants contre la carrière au fort de Vaujours

A l'appel de l'association Sauvons la Dhuis et d'EELV 93, 500 manifestants ont réclamé l'arrêt des démolitions engagées par Placoplâtre.

« Casse-toi, placo ! », pouvait-on lire samedi sur les pancartes des manifestants massés devant l'usine Placoplatre. Près de 500 personnes s'étaient donné rendez-vous pour demander l'arrêt du chantier de démolition engagé par le géant du plâtre au fort de Vaujours. Ancien centre d'expérimentation du Commissariat à l'énergie atomique (CEA), le site, qui a fermé en 1997 après quarante ans d'essais de détonique à l'uranium, montre une radioactivité anormale dénoncée depuis 2001 par les associations locales et la Criirad (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité).

LeParisien_19052014.jpg

Propriétaire de 40 ha de ce site classifié pollué par le ministère de l'Environnement et frappé d'une servitude d'utilité publique par la préfecture depuis 2005, Placoplatre a déjà démoli quelque 26 bâtiments. Lundi dernier, l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire a publié sur son site une note d'information dans laquelle le protocole de démolition établi par Placo est jugé « insuffisant ».

« Nous nous battons depuis des années pour que la pollution du site à l'uranium, mais aussi à d'autres substances hautement toxiques, soit reconnue par le CEA, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et Placo, a rappelé au micro Christophe Nédelec, de l'association Sauvons la Dhuis. En 2011, nous avons effectué nous-mêmes des mesures et, en deux heures et de nuit, nous avons trouvé des points chauds radioactifs à plus de trente fois la norme ! Ce qu'a fini par confirmer l'ASN le 25 février dernier, après que tous les acteurs nous ont traités d'affabulateurs ! Aujourd'hui nous demandons l'arrêt du chantier de démolition engagé en catimini par Placo, qui n'a même pas attendu l'avis de l'ASN sur son protocole ! »

En première ligne de la manifestation, la sénatrice (EELV) de Seine-Saint-Denis, Aline Archimbaud, a rappelé son engagement à organiser une réunion de travail avec la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, avant l'été. Mais elle a surtout demandé un moratoire et « l'arrêt de la démolition avant que des études indépendantes soient réalisées sur l'ensemble du site ».

Le candidat aux européennes et ex-secrétaire national EELV, Pascal Durand, s'est, de son côté, engagé à aider à « faire stopper la démolition devant les tribunaux ». « La logique de Placo est celle du fait accompli, alors que l'on sait maintenant officiellement que le site est pollué, c'est indécent ! ».

Présent hier, le maire (DVD) de Courtry, Xavier Vanderbise, également vice-président de Marne et Chantereine, propriétaire d'une partie du fort, a assuré « qu'aucuns travaux ne seraient engagés par la communauté de communes avant que des études soient faites ! » « Je me suis rendu sur le chantier et les conditions de travail ne m'ont pas satisfait. Je vais demander au plus vite un rapport de l'inspection ! », a déclaré l'élu après avoir appelé à une éventuelle nouvelle mobilisation. « Il faudra se rendre à la préfecture et chez Placo en semaine pour faire barrage ! »

A ses côtés, dans le cortège, Grégory Jurado, conseiller municipal d'opposition Front de gauche, a demandé au maire de Courtry « de faire stopper la démolition par tous les moyens, notamment en utilisant son pouvoir de police ». Une solution qui était sur toutes les lèvres dans les rangs des manifestants.

Des « espions » dans les rangs

Si le ton de la manifestation était plutôt calme samedi, un épisode a montré que les manifestants pouvaient aussi montrer les dents. Eric Flamant, chargé de mission pour Placo, faisait partie du cortège. En « civil », c'est-à-dire sans le costume qu'il porte habituellement, celui qui est présenté comme un consultant par BPB Placo s'est fait huer par les manifestants qui l'ont accusé d'être « un espion infiltré », avant d'être obligé de quitter la manifestation. Certains ont même affirmé l'avoir vu « renseigner la police en donnant les noms des meneurs de la manifestation ». « Il a osé dire que les travaux de démolition n'entraîneraient pas l'exploitation de la carrière ! », a déclaré Didier Delperoux, d'EELV 93.

LeParisien_19052014_02.jpg

Sur Internet circule une vidéo qui montre Eric Flamant lors d'une réunion d'information chez un membre de l'opposition à Vaujours (Seine-Saint-Denis), José Da Silva. Il y déclarait alors en 2012 : « S'il y a un risque, ce sont nos ouvriers qui le prendront ! » Une sortie qui n'avait, à l'époque, pas échappé aux militants. D'autres intrus ont été aperçus durant la manifestation, écoutant les conversations et les entretiens privés des journalistes.

A l'issue du mouvement, Placoplatre a diffusé un communiqué assurant que « le projet d'exploitation est à un stade d'études jusqu'à fin 2015, qu'il sera soumis à autorisation préfectorale sur tous ses aspects : techniques, environnementaux et sanitaires ». Le géant du plâtre s'est également réjoui de l'éventualité d'une prochaine concertation constructive avec Ségolène Royal.

Marion Kremp | 19 mai 2014, 07h00

mercredi 7 mai 2014

Fort de Vaujours : Le Béryllium

Fort de Vaujours : Le Béryllium !!!

Il a été beaucoup question de l'uranium mais il existe un autre risque pour la santé des riverains et des travailleurs : le Béryllium.

Depuis des années, nous étions à la recherche de preuves de l'usage du Béryllium dans l'enceinte du Fort de Vaujours. Bruno Barrillot, directeur de recherche à l'Observatoire des armes nucléaires françaises, avait déjà affirmé en 2000 que le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) avait testé, sur le Fort, du Béryllium en tant que composant des têtes nucléaires françaises sur (1).

Nous venons de trouver un document technique qui présente des explosions de plaques de 2,5cm d'épaisseur de Béryllium réalisées par des ingénieurs du Centre d'Études de Vaujours (2). Nous avons également mis la main sur un document officiel du CEA qui présente la liste des sites où des expérimentations avec ce métal ont été réalisées et qui spécifie son usage par le Département des Applications Militaires (DAM) sur le Fort de Vaujours (3).

Fort2Vaujours_Tir_Beryllium_01.JPG

Schéma d'un tir au Béryllium réalisé au Fort de Vaujours (Source CEA)

Qu'est ce que le Béryllium ?

Le Béryllium (Be) et de ses composés sont considérés comme faisant partie des produits chimiques les plus dangereux que l'on connaisse. Ce métal non radioactif utilisé par l’industrie nucléaire est extrêmement toxique pour l'homme. Toute manipulation du Béryllium comporte un risque d'accident très grave (1).

L'inhalation de poussières et autres fumées véhiculant des particules de ce métal peut, même à très faible dose et après l'arrêt de l'exposition, provoquer des pneumonies chimiques aiguës, suraiguës, voire chroniques (4). Les pneumonies chroniques peuvent aboutir à des cancers des poumons. Cette maladie porte un nom : la Bérylliose pulmonaire.

Berylliose_CXR_.jpg

Scanner des poumons d'une personne atteinte de la Bérylliose (Source : Collection personnelle de Kenneth D. Rosenman, Michigan State University)

Le Béryllium est classé cancérogène de groupe 1 par le CIRC depuis 1993.

De 1955 à 1997, quelles quantités de Béryllium ont été utilisées par le CEA dans l'enceinte du Fort ?

Dans quelles conditions ont été réalisées ces expériences, à l'air libre et/ou en casemates de tirs ?

Quelles quantités de ce métal peuvent subsister dans les sols et les sous-sols du site via les puits de lavage de salles de tirs ou de potentiels tirs à l'air libre ?

Quelles quantités de poussières de Béryllium ont pu être évacuées dans l'atmosphère par les systèmes de ventilation des salles de tirs ?

Nous avons également trouvé, grâce à nos confrères de Pontfaverger-Moronvilliers, un document de la CFDT en date du 14 Janvier 1980, intitulé "NON AU BERYLLIUM A L'AIR LIBRE" où les représentants du personnel de l'époque s'opposent fermement à la réalisation de tir à l'air libre utilisant du Béryllium par le Centre d’études de Vaujours-Moronvilliers.

Sources en ligne :

lundi 28 avril 2014

Fort de Vaujours : Appel à Manifester Samedi 17 Mai à Vaujours.

Fort de Vaujours : Appel à Manifester Samedi 17 Mai à Vaujours.

Devant le jusqu'au-boutisme de Placoplâtre, le collectif Sauvons la Dhuis vous invite à manifester Samedi 17 Mai 2014 à 15h00, devant la plâtrière de Vaujours.

Fort2Vaujours_Manif_08022014_02.jpg

Manifestation pour la Vérité sur le Fort de Vaujours du 08/02/2014

Aux portes de Paris, Placoplâtre souhaite mettre en œuvre une carrière de plâtre à ciel ouvert sur les terres de l'ancien Fort de Vaujours. Ce site, lieu d’expérimentation des détonateurs des armes nucléaires françaises de 1951 à 1997, est contaminé à Uranium, très probablement au Béryllium ainsi qu'en d'autres substances et matières particulièrement dangereuses dont des munitions non explosées de la seconde guerre mondiale.

Après des années à nier l'évidence, les services de l'état au travers l'Autorité du Sûreté Nucléaire (ASN) ont enfin reconnu le 15 Avril 2014 que le site était toujours contaminé à l'uranium. Malgré la reconnaissance officielle des contaminations radioactives du site, Placoplâtre a commencé sans tarder la destruction des bâtiments du Fort.

Fort2Vaujours_25022014_FrontonFort_Web.jpg

Les mesures de radioactivité du 25/02/2014 qui ont démontré officiellement que le Fort de Vaujours est toujours contaminé à l'Uranium.

Sans protocole validé par les services de l'état, les destructions, commencées en toute discrétion depuis des semaines, sont réalisées par des travailleurs de la société sous-traitante "Brunel Démolition", entité du groupe Colas.

Ces travailleurs n'ont pas d'autres consignes que de porter de simples masques anti-poussières et d'asperger d'eau les débris comme s'ils détruisaient de simples constructions ordinaires. Ceci n'est vraiment pas un "protocole" de sécurité adapté pour un site présentant une telle dangerosité.

Ces démolitions sont réalisées sans tenir compte de l’uranium, du béryllium, de l’arsenic et de toutes les substances chimiques dangereuses connues et inconnues utilisées par le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) pour développer les détonateurs des bombes atomiques françaises, dont les expérimentations finales ont contaminé durablement l'environnement immédiat des populations du Sahara, de la Polynésie Française et d'ailleurs.

Nous vous invitons à nous rejoindre pour exiger l'abandon du projet insensé.

Le rendez-vous est fixé au 290 Rue de Meaux 93410 Vaujours, à l'entrée de l'usine, Samedi 17 Mai 2014 à 15h00.

Nous comptons sur vous très nombreux pour que la destruction du Fort de Vaujours cesse sur-le-champ et que ce projet surréaliste soit définitivement abandonné et cela dans les délais les plus brefs.

C'est la santé des travailleurs et des populations qui est en jeu par l'éclatement planifié de cette colline qui surplombe les villes de Vaujours, Courtry, Coubron et Villeparisis.

Nos vies valent elles moins que du plâtre ?

Afin de montrer votre indignation, nous vous invitons à porter ce jour là un masque de protection contre les poussières.

Cette manifestation est avant tout une marche citoyenne et apolitique. Ainsi, nous demandons aux élus et membres de partis politiques souhaitant participer à cet événement de ne porter aucun signe distinctif et de n'envoyer aucun message à caractère politique.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

mardi 15 avril 2014

Fort de Vaujours : l'Autorité de Sûreté Nucléaire confirme la radioactivité

Fort de Vaujours : l'Autorité de Sûreté Nucléaire confirme la radioactivité du site

Suite à la confirmation des zones radioactives trouvées en 2011 par les associations, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) vient de confirmer officiellement la radioactivité du Fort de Vaujours et demande à Placoplâtre de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la protection des travailleurs et des populations riveraines.

Communiqué de l'ASN : http://www.asn.fr/Informer/Actualites/Fort-de-Vaujours-77-93

Pour rappel, le 25 Février dernier, des contaminations radioactives de 10 à 70 fois supérieures à la normale, trouvées par les militants associatifs en mai 2011, ont été confirmées par la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) et l'Association de Contrôle de la Radioactivité dans l'Ouest (ACRO) en présence de l'ASN, de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) et d'un huissier de justice.

Fort2Vaujours_25022014_FrontonFort_Web.jpg

Les mesures de radioactivité du 25 Février 2014

Lors de ces mesures, un fragment d’uranium s’est détaché des murs d’une des anciennes casemates laboratoire. Selon le rapport de la CRIIRAD : « la concentration en uranium dans le fragment analysé est susceptible d’atteindre 12,5 millions de Becquerels par kilogramme soit une valeur plus de 300 000 fois supérieure à la concentration moyenne de l’uranium dans l’écorce terrestre ».

L'uranium est un toxique chimique radioactif qui présente une très forte dangerosité par inhalation et par ingestion. Une exposition par contamination interne peut donc avoir de graves effets sur la santé sous la forme de cancers et de leucémies.

Pour rappel, le Fort de Vaujours, situé à seulement 15 kilomètres de Paris, a été utilisé, de 1955 à 1997, par le Commissariat à l'Énergie Atomique (CEA) pour développer les détonateurs des bombes atomiques françaises.

Selon les archives du CEA, un nombre important d'expériences consistait à faire imploser, à l'air libre et en salles, des sphères creuses d'uranium. Il pouvait y avoir jusqu'à une cinquantaine d'implosions par jour lors des grosses campagnes de tirs.

En 1967, 20 salles de tirs étaient opérationnelles. Seulement 5 d'entre elles ont été à ce jour identifiées sur le site. L'emplacement des 15 autres est à ce jour inconnu. Selon le CEA, jusqu'à 10kg d'uranium pouvaient être utilisés par tir dont des milliers ont été réalisés à l'air libre. A la lecture des archives en notre possession, nous trouvons également trace de l'utilisation d'une autre matière radioactive : le Carbone 14.

À ce jour, aucune donnée ou étude fiable ne permet de savoir la quantité réelle d'uranium ayant contaminé les terres du site ou les puits profonds de dizaines de mètres dans lesquels les eaux de lavage des salles de tirs étaient évacuées.

Depuis 2011, tous les organismes de contrôle mandatés par Placoplâtre (CEA, IRSN et BURGEAP-NUDEC) ont déclaré ou délivré des rapports affirmant que les zones trouvées par les associations n'étaient pas contaminées.

Ces zones radioactives ont pourtant été découvertes par les associations, en mai 2011, après seulement 2 heures passées sur site, au moyen d'un simple compteur geiger du commerce.

Fort de permis de démolir ayant été délivrés par les mairies de Courtry et de Vaujours, Placoplâtre, depuis le mois de novembre 2013, a commencé la démolition des centaines de bâtiments du Fort de Vaujours.

Ces destructions sont réalisées :

  • Sans aucun état complet des contaminations radioactives du site, avec des partenaires et des prestataires incapables de les détecter depuis plus de 3 ans, même quand on leur indique précisément où elles se trouvent;
  • Sans aucune analyse exhaustive des risques liés aux pollutions chimiques, aux métaux lourds et à la présence de munitions non explosées;
  • Sans connaître la nature réelle des expérimentations nucléaires réalisées par le Commissariat à l'Énergie Atomique pendant plus de quarante ans.
  • Et surtout sans aucune mesure de protection prise pour la santé des travailleurs et des populations riveraines.

Le Collectif "Sauvons la Dhuis" demande donc que cessent immédiatement ces destructions et l'abandon définitif du projet d'exploitation des sous-sols à ciel ouvert de Placoplâtre.

L’incompétence totale de l'ensemble des partenaires de Placoplatre à détecter les contaminations radioactives du Fort de Vaujours depuis plus de 4 ans et le démarrage irresponsable et inconscient de la démolition des bâtiments du site sont désormais les preuves irréfutables du caractère aventureux et particulièrement dangereux de ce projet situé à seulement quelques kilomètres de Paris et à proximité quasi-immédiate des habitations.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

jeudi 20 mars 2014

Le Fort de Vaujours : la destruction des bâtiments a commencé

Le Fort de Vaujours : la destruction des bâtiments a commencé.

Nous venons d'apprendre que Placoplâtre, depuis le 07 Novembre 2013, a démarré, à l'abri des regards, la destruction des bâtiments du Fort de Vaujours.

Fort2Vaujours_20032014_Permis_Demolition.jpg

Le permis de démolir accordé par la Mairie de Courtry

Pour rappel, le 25 Février dernier, une contamination radioactive 70 fois supérieures à la normale, trouvée par les militants associatifs en 2011 dans un ancien bâtiment, a été confirmée par la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) en présence de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et d'un huissier de justice (http://sauvons.dhuis.fr/post/2014/02/27/URGENT-Fort-de-Vaujours-%3A-Confirmation-officielle-de-la-contamination-radioactive).

Depuis 2011, tous les organismes de contrôles mandatés par Placoplâtre (CEA, IRSN et BURGEAP-NUDEC) ont été dans l'incapacité de détecter cette zone pourtant parfaitement identifiée et très facilement détectable.

Voir le communiqué de la CRIIRAD en date du 26 Février sur cette campagne de mesures : http://www.criirad.org/actualites/dossier2014/vaujours/26-fev-2014.pdf

Fort de permis de démolir délivrés par les mairies de Courtry et Vaujours, Placoplâtre a déclaré aux mairies, le 07 Novembre 2013, l'ouverture du chantier de démolition du Fort de Vaujours. Ce chantier est un préalable indispensable à la réalisation de son projet d'exploitation des sous-sols du site.

Fort2Vaujours_DeclarationChantier_Courtry.jpg

La déclaration du démarrage du Chantier de Démolition.

La destruction des 79 bâtiments du Fort Central, des 156 édifices construits autour de ce dernier ainsi que toutes les infrastructures et tunnels de liaison de l'ancienne fortification militaire, a donc commencé. Les permis de démolir permettent également l'abattage de plus d'un millier d'arbres.

Les permis n'ayant été contestés par personne ou par aucun organisme, tout recours administratif est désormais impossible.

Fort2Vaujours_25022014_FrontonFort_Web.jpg

25/02/2014 : Entrée des techniciens dans le fort Central de Vaujours

La destruction des bâtiments et des infrastructures du Fort de Vaujours est donc réalisée :

  • Sans aucun état complet des contaminations radioactives du site, avec des partenaires et des prestataires incapables de les détecter depuis plus de 3 ans, même quand on leur indique précisément où elles se trouvent;
  • Sans aucune analyse exhaustive des risques liés aux pollutions chimiques, aux métaux lourds et à la présence de munitions non explosées;
  • Sans connaître la nature réelle des expérimentations nucléaires réalisées par le Commissariat à l'Énergie Atomique pendant plus de quarante ans;
  • Sans en avoir préalablement informé la Commission Locale de Concertation et de Suivi;
  • Sans attendre les résultats de l'enquête publique indispensable à toute exploitation des sous-sols du site;
  • Et surtout sans aucune étude d'impact sur la santé des travailleurs et des populations riveraines.

Le Collectif "Sauvons la Dhuis" demande donc que l’État prenne ses responsabilités et ordonne l'arrêt immédiat du chantier.

Nous demandons expressément l'abandon immédiat du projet d'exploitation de Placoplâtre : le démarrage irresponsable et inconscient de la démolition des bâtiments du site ainsi que l’incompétence totale de l'ensemble de ses partenaires à y détecter les contaminations radioactives sont désormais les preuves irréfutables du caractère aventureux et particulièrement dangereux de ce projet situé à seulement quelques kilomètres de Paris et à proximité quasi-immédiate des habitations.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

samedi 15 mars 2014

Fort de Vaujours : un reportage édifiant réalisé en 2001 pour Canal+

Fort de Vaujours : un reportage réalisé en 2001 pour le Vrai Journal de Karl Zéro

Un habitant de Coubron a exhumé une véritable pépite. Sur une vielle cassette VHS, il a retrouvé un reportage sur le Fort de Vaujours réalisé en 2001 pour le Vrai Journal animé par Karl Zéro. Il a envoyé la cassette à un laboratoire pour que celle-ci soit numérisée et il nous a contacté pour que puissions le diffuser.

Ce reportage est juste édifiant. Nous y voyons Lucien Baudouin ancien cadre du Commissariat à l'Energie Atomique raconter les tirs à l'uranium à l'air libre sur le poste RX3. Le dernier responsable du Centre d'Études Vaujours, Pierre Gicquel, explique aussi comment les poussières d'uranium au gré du vent se propageaient sur plusieurs centaines de mètres autour du Fort.

En mai 2002, dans des procès verbaux, le CEA a estimé officiellement avoir réalisé 2000 tirs à l'uranium sur le Fort de Vaujours dont 800 en casemates et 1200 à l'air libre avec une quantité maximale expérimentée estimée à 10 kg d'uranium par tir. Pendant la période d'activité, le CEA a estimé avoir utilisé un total de 1200 kg d'uranium. Les tirs à l'uranium, selon le CEA, auraient cessé en 1992. Il a également déclaré que 150 kg d'uranium auraient été dispersés et seraient donc toujours présents dans les sols et les sous-sols du site (Centre d'études de Vaujours : Rapport du Groupe Santé, Juillet 2002).

Dans ce reportage, nous découvrons, Monsieur Antigua en 2001 qui arrive à l'improviste sur le tournage du documentaire. Ce dernier a témoigné récemment dans la presse pour raconter les conditions de travail des sous-traitants du centre. Quand on sait que le 6 février dernier, suite à son témoignage, le CEA devant les élus du secteur a osé affirmer que M. Antiga a été abusé par les responsables des associations d’opposition qui l’ont amené à contrefaire la vérité.

Et bien, le collectif n'existait pas en 2001 et la majorité de ses associations non plus. Nous avons fait sa rencontre, pour la première fois, sur le tournage du reportage de France3 en janvier 2014 !!!

Témoignage de Mr Antigua dans l'édition du Parisien : Les révélations de 2 personnes ayant travaillées au Centre d'Études du Fort de Vaujours.

Voici donc ce reportage, qui a aussi surpris ceux qui connaissent bien le dossier (http://youtu.be/DQZnO4Lh5bE) :

- page 1 de 4