Les Abbesses de Gagny - Chelles

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Aqueduc de la Dhuis

L'Aqueduc de la Dhuis

Long de 131 Kms, l'aqueduc de la Dhuis (ou Dhuys) a été construit entre 1863 et 1865 à la demande de Napoléon III (1808-1873) pour acheminer l'eau de la Dhuys. Son point de départ se trouve à Pargny-la-Dhuys (Aisne) et il se termine dans le réservoir de Ménilmontant (Paris XXème).

Aujourd’hui, l’aqueduc de la Dhuis est géré par la SAGEP au niveau des eaux. L’entretien des espaces verts est assuré par l’Agence des Espaces Verts d’Ile de France (AEV). Il est menacé de déclassement d’utilité publique car il n’alimente presque plus Paris en eau potable du fait de la vétusté des conduites. Il fournit majoritairement en eau le parc d’attractions Disneyland, seul le surplus est dirigé vers Paris.

La promenade de l’aqueduc de la Dhuis a été aménagée en 2007-2008 par l’AEV, sur l’espace libre disponible au-dessus de l’aqueduc souterrain de la Dhuis. Le coût de cet aménagement fut de 6 millions d’euros.

Sur 27 Kms, la promenade de l’aqueduc de la Dhuis, située à flanc de coteaux, se caractérise par des paysages agréables et très divers. Cette promenade réalisée sur l’emprise de l'aqueduc relie les villes suivantes : Le Raincy (93), Gagny (93), Monfermeil (93), Clichy-sous-Bois (93), Coubron (93), Courtry (77), Le Pin (77), Claye-Souilly (77), Villevaude (77), Annet-sur-Marne (77), Carnetin (77), Thorigny-sur-Marne (77), Dampmart (77).

Véritable trait d’union entre la ville, la forêt et la campagne, cet itinéraire très prisé des populations relie plusieurs espaces boisés de la région tels que la forêt de Bondy le bois, la forêt régionale des Vallières ou encore la base de loisirs de Jablines-Annet.

Cette promenade est une coulée verte indispensable favorisant le maintien de la biodiversité en permettant le déplacement des espèces. C'est un des éléments clefs de la trame verte de l'Est Francilien.

Adresse de cette catégorie : http://www.dhuis.fr


Pour sauver l'Aqueduc de la Dhuis. Il faut continuer à signer notre pétition en ligne :

PeticaoPublicaLogo.fr.gif

http://www.petitionpublique.fr/?pi=dhuis

Un très grand merci aux milliers de personnes qui ont déjà signé la pétition : Liste des signataires


Villevaude_30102011_Montjay_Dhuys.jpg

Un collectif d'associations s'est constitué afin de lutter à la préservation de l'Aqueduc de la Dhuis. Un blog lui est dédié :

http://sauvons.dhuis.fr

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 16 novembre 2011

Aqueduc de la Dhuis : Rappel de la manifestation du Samedi 19 Novembre 2011

Aqueduc de la Dhuis : Appel à manifester le Samedi 19 Novembre 2011 à partir de 14h30.

« La Marche pour la Dhuis »

A l'appel du collectif « Sauvons la Dhuis », vous êtes invités à une marche pour la sauvegarde de l'aqueduc de la Dhuis.

Cette marche aura lieu Samedi 19 Novembre 2011 à partir de 14h30.

Le lieu du rendez-vous a été fixé sur la commune de Villevaudé (77410) à l'angle de la rue du Lavoir et de la rue Charles de Gaulle.

La « Marche pour la Dhuis », d'une durée de 2 heures, permettra de faire un aller-retour de Villevaudé (77410) à Courtry (77181) sur le tracé de la promenade de la Dhuis et jusqu'aux frontières de la Seine-St-Denis.

Dhuis_Coubron_17102011_01_Web.jpg

Notre aqueduc de la Dhuis

Rappel des faits :

L’entreprise BP PLACOPLATRE (Filliale du groupe Saint-Gobain) projette la mise en œuvre de nouvelles carrières à ciel ouvert sur une partie du trajet de l'aqueduc de la Dhuis.

La promenade de la Dhuis appréciée de tous, continuité écologique indispensable à l'équilibre des milieux naturels, élément clef de la trame verte de l'Est Francilien serait définitivement mise à mal. Pourtant celle-ci a été aménagée avec votre argent : 6 millions d'euros investis entre 2006 et 2007 par la région Ile-de-France.

Ces carrières signifient la destruction programmée d’une grande partie de la butte de l'Aulnay sur les communes de Le Pin, Villevaudé, Claye-Souilly et Annet-sur-Marne ainsi que l’anéantissement de sa faune et de sa flore locale.

Villevaude_30102011_Lafarge_03.jpg

Exemple d'une carrière de gypse à ciel ouvert.

Et maintenant ?

La Mairie de Paris propriétaire et vendeuse des terrains demande au Conseil Général de Seine-et-Marne, à la Région Ile-de-France et aux communes concernées de se positionner sur l'avenir de l'aqueduc de la Dhuis. L’état doit aussi définir clairement les zones de carrières possibles.

Pour peser sur ces décisions, nous avons besoin de tous ceux et celles qui aiment la Dhuis.

Pour tous, il est indispensable de sauver la promenade de l'aqueduc de la Dhuis et la butte de l'Aulnay véritable corridor écologique aux paysages incomparables qui constituent notre cadre de vie.

Nous comptons donc sur vous le Samedi 19 Novembre pour participer à la « Marche pour la Dhuis ».

Dhuis_LePin_15102011_Web.jpg

Touche pas à mon aqueduc

Cordialement,

Le Collectif « Sauvons la Dhuis ».

jeudi 10 novembre 2011

Aqueduc de la Dhuis : Le conseil de municipal de Chelles vote une motion pour sauver la Dhuis

Vendredi 04 Novembre 2011, le conseil municipal de Chelles a voté à l'unanimité une motion reprise de notre pétition "NON à la destruction de l’aqueduc de la Dhuis".

http://www.petitionpublique.fr/?pi=dhuis

Liste des signataires

Un article du journal LA MARNE paru le 09 Novembre 2011 relate cet évènement. Le titre est assez évocateur : "Plâtrée... de mécontents".

Dhuis_Marne_09112011.jpg

Villevaude_30102011_Montjay_Dhuys.jpg

La dizaine de banderoles installées par le collectif "Sauvons la Dhuis"

logo-chelles.gif

CHELLES : Motion contre la destruction de l'Aqueduc de la Dhuis.

La Ville de Paris a inscrit à l'ordre du jour de son conseil des 17 et 18 octobre 2011 la cession de l'aqueduc de la Dhuis à la société Placoplâtre, pour ensuite suspendre ce débat. Ile-de-France Environnement et les associations de protection de l'environnement de l'Est francilien tirent, néanmoins, le signal d'alarme.

Long de 131 kms, l'aqueduc de la Dhuis (ou Dhuys) a été construit sous Napoléon III pour acheminer l'eau de la Dhuys. Son point de départ se trouve à Pargny-la-Dhuys (Aisne) ; il se termine au réservoir de Ménilmontant (Paris 20ème).

Aujourd'hui, l'aqueduc de la Dhuis est géré par la SAGEP (société anonyme de gestion des eaux de Paris). Pour l'essentiel, il fournit en eau le parc d'attractions Disneyland, seul le surplus est dirigé vers Paris.

6 millions d'euros ont été consacrés en 2007-2008 par l'AEV (Agence des Espaces Verts d'Ile de France) à aménager l'espace libre disponible qu'elle entretient, au-dessus de l'aqueduc souterrain.

Véritable trait d'union entre la ville, la forêt et la campagne, cet itinéraire très prisé des populations relie plusieurs espaces boisés de la région. Cette coulée verte est indispensable au maintien de la biodiversité et permet le déplacement des espèces. C'est un des éléments clefs de la trame verte de l'Est francilien.

Cette réalisation de l'Agence des Espaces Verts de la région Ile-de-France risque d'être réduite à néant. En effet, la Mairie de Paris a l'intention de céder, au profit de la société Placoplâtre, des tronçons de l'Aqueduc de la Dhuis sur les communes de Le Pin, Claye-Souilly, Villevaudé et Annet-sur-Marne, afin de permettre une exploitation des sous-sols gypseux à ciel ouvert alors que l'exploitation souterraine de ce gisement est possible/comme cela a été fait en Seine-Saint-Denis.

S'il se réalisait, ce projet sonnerait le glas d'un ouvrage Haussmannien, mettrait en péril l'intégrité écologique de cette coulée verte et nuirait gravement à cette promenade chère aux habitants de l'Est Francilien et d'ailleurs. Ce secteur de Seine-et-Marne a déjà trop souffert et souffre encore aujourd'hui de ce type d'exploitation.

Par ailleurs, ce projet s'oppose aussi gravement à la convention de partenariat signée en février 2011 entre la Mairie de Paris et le Conseil Général de Seine-et-Marne visant à construire une métropole durable, notamment au plan essentiel de la biodiversité.

Le conseil municipal de Chelles s'oppose à toute opération qui viendrait dénaturer, altérer ou nuire à la coulée verte que constitue la promenade de l'aqueduc de la Dhuis, et à toute nouvelle exploitation de gypse à ciel ouvert dans le secteur.

Nous demandons au Conseil Général de Seine-et-Marne de se positionner fermement contre ce projet

Nous demandons aux élus de la ville de Paris de s'opposer à la cession de l'aqueduc de la Dhuis à la société Placoplâtre.

mardi 8 novembre 2011

Aqueduc de la Dhuis : Ces milieux naturels que l'on veut pulvériser

Le saviez-vous, la butte de l'Aulnay, sur les communes de Le Pin, Villevaudé, Claye-Souilly et Annet sur Marne est le plus haut lieu de la biodiversité du Nord Seine-et-Marne ???

Comme nous vous l'avons annoncé dans notre article - Main basse sur l'aqueduc de la Dhuis, ce dernier est gravement menacé par la volonté d'un industriel (BP Placo filiale du groupe Saint-Gobain) de le racheter à la Mairie de Paris pour réaliser une carrière à ciel ouvert sur son emprise.

Dans divers articles, nous vous avions expliqué l'importance écologique de l'aqueduc de la Dhuis :

L’aqueduc de la Dhuis est inclus au réseau Natura 2000 (ZPS - zones de protection spéciale). Il est une entité écologique à part entière. Le chemin de la Dhuis constitue une continuité verte qui traverse l’ensemble de la zone étudiée et permet de maintenir un lien fonctionnel pour de nombreuses espèces.

Dhuis_Villevaude_15102011_01_Web.jpg

L'aqueduc de la Dhuis au sein du bois de gratuel à Villevaudé.

En effet, nous avons publié un certains nombre d'articles sur cet espace naturel exceptionnel sous le nom de la carrière Letellier.

La butte de l'Aulnay entre Le Pin et Annet-sur-Marne est parcouru par 2 Zones Naturelles d’Intérêt Écologique Floristique et Faunistique de type 01 et 02 (ZNIEFF).

La ZNIEFF de type 01 nommée LES FOSSÉS MALORE :

N° rég. :77118001 N° SPN : 110020170 Type de zone : 1 Année de description : 2003 Superficie : 98,72 (ha) Type de procédure :Nouvelle zone Année de mise à jour : 2003 Altitude : 50 - 112 (m)

La documentation officielle de la ZNIEFF - LES FOSSÉS MALORE

La ZNIEFF de type 02 nommée VALLÉE DE LA MARNE DE COUPVRAY À POMPONNE :

N° rég. :77234021 N° SPN : 110020191 Type de zone : 2 Année de description : 2003 Superficie : 3 609,13 (ha) Type de procédure :Nouvelle zone Année de mise à jour : 2003 Altitude : 40 - 128 (m)

La documentation officielle de la ZNIEFF - ALLÉE DE LA MARNE DE COUPVRAY À POMPONNE

Voici des photos de quelques espèces et emblématiques de la ZNIEFF LES FOSSÉS MALORE :

Letellier_22032011_Lezard_vivipare_01.jpg

22/03/2011 - ZNIEFF LES FOSSÉS MALORE : Une bonne dizaine de lézards vivipares ( Zootoca vivipara ) ont été observés. C'est une espèce protégée par la loi française de 1976 et classée dans la liste rouge française des espèces menacées. Elle est classée au niveau européen au sein de l'Annexe de la Directive Européenne Habitats (CEE 92/43). Il a été aussi observé des lézards des murailles (Podarcis muralis), des orvets (Anguis fragilis) et des couleuvre à collier (Natrix Natrix).

Letellier_13062011_Epipactis-palustris_03.jpg

13/06/2011 - ZNIEFF LES FOSSÉS MALORE : L'épipactis des marais (Epipactis palustris), ou helleborine des marais est une orchidée sauvage rare.
L'espèce est en régression suite à la destruction de son habitat, en particulier la diminution des zones humides. Elle est classée NT : Quasi menacée. Cette espèce est protégée par le Règlement communautaire CITES : Annexe B et possède des statuts de protection régionales et départementales en France.

Letellier_13062011_Orchis-Moucheron_02.jpg

13/06/2011 - ZNIEFF LES FOSSÉS MALORE : Gymnadenia conopsea (L.) R.Br. Gymnadénie moucheron, Orchis moucheron, Orchis moustique. Cette espèce est protégée par le Règlement communautaire CITES : Annexe B.

Letellier_23052011_Orchis_Neglige.jpg

23/05/2011 - - ZNIEFF LES FOSSÉS MALORE : Orchis Négligés ( Dactylorhiza praetermissa ) en pleine floraison. Cette orchidée bénéficie d'un statut de Protection régionale en Île-de-France.

Claye_Triton-Palme_30042010.jpg

Sur la ZNIEFF LES FOSSÉS MALORE , il y a beaucoup d'espèces d'amphibiens protégées au niveau national qui profitent des nombreuses zones humides : Triton palmé (Triturus helveticus), Triton vulgaire (Triturus Vulgaris), Triton crêté (Triturus cristatus), Crapaud commun (Bufo Bufo), Grenouille rousse (Rana temporaria), Grenouille agile (Rana dalmatina), Crapaud alyte (Alytes obstetricans), Grenouille verte (Rana esculenta), Grenouille rieuse (Pelophylax ridibundus) etc.

Dhuis_Coubron_17102011_BuseVariable_Web.jpg

La ZNIEFF LES FOSSÉS MALORE permet la nidification de nombreuses espèces d'oiseaux dont beaucoup de rapaces protégés au niveau national : Buse Variable (ici en photo), Épervier d'Europe, Faucon crécerelle, Chouette hulotte, Hibou Moyen-Duc etc.

La réalisation de nouvelles carrières à ciel ouvert sur l'emprise de l'aqueduc de la Dhuis est donc la destruction annoncée d'un nombre très important d'espèces protégées au niveau national et régional.

Villevaude_30102011_Lafarge_02.jpg

Exemple d'une carrière à ciel ouvert.

Pour dire non à la destruction de l’aqueduc de la Dhuis, une pétition a été mise en ligne sur le site :

PeticaoPublicaLogo.fr.gif

http://www.petitionpublique.fr/?pi=dhuis

Liste des signataires

NE PAS OUBLIER notre Appel à manifester le Samedi 19 Novembre 2011 à partir de 14h30.

« La Marche pour la Dhuis »

A l'appel du collectif « Sauvons la Dhuis », vous êtes invités à une marche pour la sauvegarde de l'aqueduc de la Dhuis.

Cette marche aura lieu Samedi 19 Novembre 2011 à partir de 14h30.

Le lieu du rendez-vous a été fixé sur la commune de Villevaudé (77410) à l'angle de la rue du Lavoir et de la rue Charles de Gaulle.

La « Marche pour la Dhuis », d'une durée de 2 heures, permettra de faire un aller-retour de Villevaudé (77410) à Courtry (77181) sur le tracé de la promenade de la Dhuis et jusqu'aux frontières de la Seine-St-Denis.

Dhuis_Coubron_17102011_01_Web.jpg

Notre aqueduc de la Dhuis

vendredi 4 novembre 2011

Aqueduc de la Dhuis : Appel à manifester le Samedi 19 Novembre 2011

Aqueduc de la Dhuis : Appel à manifester le Samedi 19 Novembre 2011 à partir de 14h30.

« La Marche pour la Dhuis »

A l'appel du collectif « Sauvons la Dhuis », vous êtes invités à une marche pour la sauvegarde de l'aqueduc de la Dhuis.

Cette marche aura lieu Samedi 19 Novembre 2011 à partir de 14h30.

Le lieu du rendez-vous a été fixé sur la commune de Villevaudé (77410) à l'angle de la rue du Lavoir et de la rue Charles de Gaulle.

La « Marche pour la Dhuis », d'une durée de 2 heures, permettra de faire un aller-retour de Villevaudé (77410) à Courtry (77181) sur le tracé de la promenade de la Dhuis et jusqu'aux frontières de la Seine-St-Denis.

Dhuis_Coubron_17102011_01_Web.jpg

Notre aqueduc de la Dhuis

Rappel des faits :

Tandis qu'à une centaine de mètres de l'aqueduc de la Dhuis, BP Placo - Placoplâtre (filiale du groupe Saint-Gobain) s'illustre déjà par sa volonté d'exploiter les sols potentiellement radioactifs de l'ancien site du Commissariat à l'Energie Atomique du Fort de Vaujours (Coubron, Vaujours, Courtry), et elle ne tient pas compte des études indépendantes.

Nous avons découvert, il y a peu que cet industriel projette la mise en œuvre d'une carrière à ciel ouvert sur l'aqueduc de la Dhuis.

Cet industriel envisage donc de sectionner cette coulée verte que nous adorons, cette continuité écologique indispensable à la survie des espèces et à l'équilibre des milieux naturels du massif de l'Aulnoye en Seine-St-Denis.

Pour les associations, la coupe est pleine.

Du haut de leur logique commerciale, les hauts responsables de cette société désirent mettre à mal la promenade de la Dhuis. Pourtant celle-ci a été aménagée et entretenue avec notre argent, celui des contribuables (6 millions d'€ investis de 2006 à nos jours).

Tandis qu'une exploitation souterraine est possible, à l'instar du bois de Bernouille sur Coubron, cet industriel, comme sur le fort de Vaujours, s'obstine à tout vouloir détruire.

Une nouvelle carrière à ciel ouvert signifie la destruction programmée de la butte de l'Aulnay sur les communes de Le Pin, Villevaudé, Claye-Souilly et Annet-sur-Marne.

Une carrière à ciel ouvert, c'est l'anéantissement complet du vivant.

Une carrière à ciel ouvert sur la Dhuis, c'est la destruction d'un élément clef de la trame verte de l'Est Francilien.

Villevaude_30102011_Lafarge_03.jpg

Exemple d'une carrière de gypse à ciel ouvert.

Ceci est contraire aux engagements des grenelles de l'environnement.

Vous avez été des milliers à signer spontanément notre pétition pour vous opposer à la destruction de l'aqueduc de la Dhuis.

Vous êtes tous les jours de plus en plus nombreux.

PeticaoPublicaLogo.fr.gif

http://www.petitionpublique.fr/?pi=dhuis

Liste des signataires

C'est grâce à votre amour sans faille pour cette coulée verte que nous avons été en mesure d'obtenir le retrait de la délibération de cession de l'aqueduc de la Dhuis du conseil de Paris au profit de la société BP Placo - Placoplâtre (filiale du groupe Saint-Gobain).

Et maintenant ?

La lutte n'est pas terminée et certains voudraient que l'on s'épuise.

Car maintenant la Mairie de Paris demande au Conseil Général de Seine et Marne, à la Région IDF et aux communes concernées de se positionner clairement sur l'avenir de l'aqueduc de la Dhuis.

Après 6 semaines de mobilisation, il y a encore trop de ceux qui soutiennent sans vraiment soutenir, trop de ceux qui disent vouloir sauver la Dhuis sans vraiment agir et nous ne parlons pas de ceux qui se cachent pour ne pas répondre.

Si les associations n'avaient pas découvert le « pot aux roses » le sort de la Dhuis aurait déjà été très vite réglé.

C'est pour cela qu'une nouvelle fois, nous avons besoin de vous. Nous avons besoin de celles et ceux qui aiment la Dhuis.

Nous avons besoin de vous pour faire comprendre aux « politiques » que l'heure de vérité est venue et qu'il est temps qu'ils fassent ce qui est nécessaire et indispensable pour sauver l'aqueduc de la Dhuis et la butte de l'Aulnay.

Nous comptons donc sur vous pour vous joindre au collectif « Sauvons la Dhuis » en venant Samedi 19 Novembre participer à la « Marche pour la Dhuis », la marche pour la vie.

Dhuis_LePin_15102011_Web.jpg

Touche pas à mon aqueduc

Cordialement,

Le Collectif « Sauvons la Dhuis ».

Le collectif est composé des associations suivantes :

Nature Environnement 77

6 rue Plâtrière 77000 MELUN http://nature.environnement.77.over-blog.com

Villevaudé... Demain

Rue de la Grange 77410 VILLEVAUDE http://www.villevaude-demain.com

Les Abbesses de Gagny-Chelles

67 av. Paul-de-Kock 93220 GAGNY http://www.dhuis.fr

Environnement 93

16 avenue Monge 93470 COUBRON

ADENCA

Association de Défense de l'ENvironnement de Claye-Souilly et ses Alentours http://adenca.over-blog.com

Les Amis de Carnetin

Mairie, rue Albert-Mattar 77400 CARNETIN

mercredi 2 novembre 2011

Aqueduc de la Dhuis : Communiqué d'EELV 77

EUROPE ECOLOGIE LES VERTS (EELV) SEINE-ET-MARNE      

Lundi 31 octobre - Communiqué de presse Contact Franck Rolland (06 85 27 16 10 - franckrolland@yahoo.fr)

LOGO EELV  

Protégeons notre environnement : Non à la « destruction « de la trame verte  de l’Aqueduc de la Dhuis !

  La « trame verte » de l’Aqueduc de la Dhuis, située au nord-ouest de la Seine-et-Marne passe par les communes d’Annet-sur-Marne, Villevaudé, Claye-Souilly et Le Pin. La ville de Paris est propriétaire de certaines parcelles de cette trame.

Dhuis_Coubron_17102011_01_Web.jpg

L'aqueduc de la Dhuis

Aujourd’hui, cette "trame verte" unique localement en terme de satisfaction d' une légitime demande sociale de nature ,ce véritable patrimoine environnemental, historique, paysager est menacé par un projet d’exploitation d’une carrière de gypse à ciel ouvert. Lieu de randonnée pour piétons et cyclistes, lieu de beauté par ses paysages, véritable réserve de biodiversité, cette espace, ce corridor biologique de près de 5 km, réaménagé il y a peu pour 6 millions d’euros par l’Agence des Espaces Verts d’Ile-de-France et Eau de Paris, ne peut être détruit :  

L’Aqueduc de la Dhuis doit être préservé définitivement.

En effet, on ne peut sacrifier une trame verte pour l’exploitation de gypse, une roche qui sert à la fabrication du plâtre, par le simple fait que BPP Placoplatre, filiale de Saint-Gobain, souhaite exploiter ces terres à ciel ouvert alors qu’elle pourrait opter pour une exploitation souterraine, moins nuisible à l’environnement.

Villevaude_30102011_Lafarge_03.jpg

Exemple d'une carrière de gypse à ciel ouvert.

 

EELV 77 demande donc que :

  • La ville de Paris ne procède pas à la vente de ses parcelles à Placoplatre.
  • Les communes d’Annet-sur-Marne , Claye-Souilly, Le Pin et Villevaudé empêchent la vente de parcelles situées sur leur territoire.
  • Le conseil général 77, conformément à ses objectifs affirmés dans le domaine de la préservation de l’environnement, émette un avis et un vote défavorables à tout projet visant à détruire cette « trame » verte.
  • Le conseil régional d’Ile-de-France, conformément à ses objectifs affirmés dans le domaine de la préservation de l’environnement, émette un avis et un vote défavorables à tout projet  visant à détruire cette trame verte.
  • Les différents partenaires et protagonistes de ce dossier se concertent pour trouver la solution la plus respectueuse de l'environnement et du cadre de vie des Seine-et-Marnais.

  EELV 77 continuera  donc, comme il a été le premier à le faire, à soutenir toutes initiatives citoyennes et associatives visant à lutter contre ce projet scandaleux.  

  • Caroline Pinet, co-secrétaire EELV 77
  • Antoine Parodi, co-secrétaire EELV 77
  • Paul Athuil, président du groupe des élu-es EELV de Chelles
  • Jean Dey,  président du groupe Démocratie Ecologie du Conseil Général 77
  • Renaud Hee, responsable du groupe Vent de Nord-Ouest
  • Alexandre Pasche, responsable du groupe EELV Marne et Chantereine
  • Liliane Pays, conseillère régionale Ile-de-France EELV
  • Franck Rolland, président du groupe des élu-es EELV de Villeparisis

lundi 31 octobre 2011

Aqueduc de la Dhuis : Visions d'une carrière de gypse à ciel ouvert

Pour comprendre l'avenir que certains réservent à l'aqueduc de la Dhuis (sur Le Pin, Villevaudé, Claye-Souilly et Annet-sur-Marne) voici quelques photos d'une carrière de gypse à ciel ouvert en cours d'exploitation.

Ces photos valent mieux qu'un grand discours :

Villevaude_30102011_Lafarge_03.jpg

Villevaude_30102011_Lafarge_02.jpg

Villevaude_30102011_Lafarge_04.jpg

Villevaude_30102011_Lafarge_01.jpg

Villevaude_30102011_Lafarge_07.jpg

Vue panoramique d'une carrière à ciel ouvert :

Villevaude_Lafarge_30102011_Panoramique.jpg

Comme nous vous l'avons annoncé dans notre article - Main basse sur l'aqueduc de la Dhuis, ce dernier est gravement menacé par la volonté d'un industriel (BP Placo - Saint-Gobain) de le racheter à la Mairie de Paris pour réaliser une carrière à ciel ouvert sur son emprise.

Afin de bien comprendre l'importance écologique de l'Aqueduc de la Dhuis, voici quelques extraits du Diagnostic du territoire des coteaux de l’Aulnoye - Septembre 2007 réalisé pour l'Agence des Espaces Verts d'Ile de France :

L’aqueduc de la Dhuis est inclus au réseau Natura 2000 (ZPS - zones de protection spéciale). Il est une entité écologique à part entière. Le chemin de la Dhuis constitue une continuité verte qui traverse l’ensemble de la zone étudiée et permet de maintenir un lien fonctionnel pour de nombreuses espèces.

Enfin, le massif de l’Aulnoye n’est pas isolé au sein de la trame urbaine. Des continuités écologiques existent à l’est vers les espaces agricoles et boisés de la Seine-et-Marne. Le maintien de ces continuités est indispensable à la survie du massif de l’Aulnoye en tant que zone d’intérêt écologique majeure...

Les continuités écologiques existantes (promenade de la Dhuis notamment, continuités vers la plaine du pin) indispensables au maintien des échanges biologiques.

Pour dire non à la destruction de l’aqueduc de la Dhuis, une pétition a été mise en ligne sur le site :

PeticaoPublicaLogo.fr.gif

http://www.petitionpublique.fr/?pi=dhuis

Liste des signataires

jeudi 27 octobre 2011

Aqueduc de la Dhuis : Sursaut d'orgueil du Conseil Général de Seine-et-Marne (CG77)

Afin de répondre à notre article sur le "rejet" d'une motion visant à protéger l'aqueduc de la Dhuis : Aqueduc de la Dhuis : la Présidence du CG77 refuse de s'opposer à la vente de l'Aqueduc

Le Conseil Général de Seine-et-Marne (CG77) a décidé en urgence de publier un communiqué de presse. Ils déplorent, nous citons :

"Les accusations portées sur le rôle du Conseil général dans cette affaire, qui ne se serait pas opposé à ce projet de cession, sont donc mensongères et sans fondement."

Voici donc ce communiqué de presse (Cliquer sur l'image pour l'afficher) :

CG77_Mise_au_Point_Dhuys.jpg

Dhuis_Marne_02112011.jpg

Article de La Marne associé.

Nous nous félicitons que le CG77 commence à prendre au sérieux la sauvegarde de la trame verte de l'Est Francilien.

Le CG77 se targue d'être l'artisan unique du retrait de la délibération au vote du conseil de Paris du 17 octobre dernier. Le Groupe EELV de Paris et le Parti de Gauche s'associent pourtant fortement au succès de cette première décision.

Maintenant, le Cabinet de la Mairie de Paris est dans l'attente d'un avis du CG77 afin de décider s'il va remettre ou non la délibération de la cession de parcelles de l'aqueduc de la Dhuis à la société BP Placo - Placoplâtre (société du groupe Saint-Gobain).

Dans le communiqué, le CG77 met en avant un Plan d'Intérêt Général (PIG) pour expliquer une certaine forme d'impuissance. Nous le citons :

Il est donc parfaitement faux de prétendre que le Conseil général pourrait, de sa seule initiative, empêcher la poursuite d’un tel projet.

Faudrait il que ce PIG soit encore valide ? Faudrait il encore que ce PIG, si tant est qu'il soit encore en vigueur, condamne l'aqueduc de la Dhuis à disparaitre.

Ce Plan d'Intérêt Général (PIG) a été signé par le Préfet de Seine-et-Marne en Janvier 2007. D'une durée initiale de 3ans, ce PIG semble avoir expiré depuis Janvier 2010.

De surcroît, ce PIG, si tant est qu'il soit encore en vigueur, protège très clairement l'Aqueduc de la Dhuis.

De plus, son périmètre était assez limité et n’intégrait qu'un nombre très réduit de parcelles de l'aqueduc de la Dhuis.

La page 8 du PIG précise : "La conservation et la poursuite des aménagements mettant en œuvre la liaison verte constituée par l'Aqueduc de la Dhuis"

La Page 11 du PIG : "le franchissement des routes RD105 ou de l'aqueduc de la Dhuis. La création des ouvrages permettant de relier les exploitations (passages soutterrains ou aériens) pourra induire des perturbations temporaires de ces réseaux."

Le périmètre du PIG était très limité et très loin d’englober la majorité des parcelles que BP Placo - Placoplâtre désire acheter.

Nous ne voyons donc pas ce qui peut empêcher le CG77 de voter une motion demandant que la coulée verte de l'aqueduc de la Dhuis soit sauvée de la destruction. Ainsi, nous demandons au CG77 de prendre ses responsabilités lors du prochain conseil prévu pour le 25 Novembre prochain.

Aqueduc de la Dhuis : Le groupe Front de Gauche et Alternatif à la région s'emballe

Le groupe "Front de Gauche & Alternatifs" au Conseil Régional d'IDF s'emballe sur son site Internet.

En effet, ils considérent comme une victoire définitive le fait qu'ils ont réussi à faire voter un amendement lors de la dernière réunion du conseil :

Ainsi, nous avons tout d’abord obtenu le retrait de cette proposition au Conseil de la Ville de Paris, avant de continuer la lutte au Conseil Régional d’Île-de-France. La contestation que nous portions s’est incarnée dans un amendement mandatant le président du Conseil Régional pour « étudier avec les acteurs concernés toutes les solutions pour pérenniser la promenade de 27 kilomètres ».

L'avenir saura nous dire si leur implication dans ce dossier a été décisive.

Le collectif "Sauvons la Dhuis" est donc dans l'attente d'être entendu par Mr Jean-Paul Huchon en sa qualité de Président de la Région Ile de France afin d'enterrer définitivement le projet de destruction de l'aqueduc de la Dhuis.

Dhuis_FrontdeGauche_21102011.jpg

mercredi 26 octobre 2011

Aqueduc de la Dhuis : Naissance du collectif - Sauvons la Dhuis

Hier soir, lors d'une réunion inter-associative, il a été décidé de créer le collectif "Sauvons la Dhuis".

Dhuis_LePin_15102011_04_Web.jpg

L'Aqueduc de la Dhuis que certains veulent détruire.

Objet du collectif :

Le collectif « Sauvons la Dhuis » s'oppose à toute opération qui viendrait dénaturer, altérer ou nuire à la coulée verte que constitue la promenade de l'aqueduc de la Dhuis.

Il demande également qu'aucune nouvelle exploitation de gypse à ciel ouvert ne soit plus autorisée sur la butte de l'Aulnay.

Le collectif « Sauvons la Dhuis » demande aux élus de la Ville de Paris, au Conseil général de Seine et Marne, au Conseil régional d’Ile de France et aux élus des villes concernées de s'opposer fermement à la cession de parcelles de l'aqueduc de la Dhuis à la société BP Placo (filiale du groupe Saint-Gobain).

Pour dire non à la destruction de l’aqueduc de la Dhuis, une pétition a été mise en ligne sur le site :

PeticaoPublicaLogo.fr.gif

http://www.petitionpublique.fr/?pi=dhuis

Liste des signataires

Le collectif est composé des associations suivantes :

Nature Environnement 77

6 rue Plâtrière 77000 MELUN http://nature.environnement.77.over-blog.com

Villevaudé... Demain

Rue de la Grange 77410 VILLEVAUDE http://www.villevaude-demain.com

Les Abbesses de Gagny-Chelles

67 av. Paul-de-Kock 93220 GAGNY http://www.dhuis.fr

Environnement 93

16 avenue Monge 93470 COUBRON

ADENCA

Association de Défense de l'ENvironnement de Claye-Souilly et ses Alentours http://adenca.over-blog.com

Les Amis de Carnetin

Mairie, rue Albert-Mattar 77400 CARNETIN

Le Tract du Collectif "Sauvons la Dhuis" :

Tract_SauvonsLaDhuis_01

mardi 25 octobre 2011

Aqueduc de la Dhuis : la Présidence du CG77 refuse de s'opposer à la vente de l'Aqueduc

Lundi 17 Octobre 2011, lors d'une réunion du conseil général de Seine et Marne (CG77), des élus ont sollicité la présidence du conseil afin d'étudier le vote d'une motion s'opposant à la vente d'une partie de l'Aqueduc de la Dhuis à la société BP Placo (Filliale du groupe Saint-Gobain).

Dhuis_LePin_15102011_Web.jpg

L'Aqueduc de la Dhuis que certains veulent détruire.

Cette motion a été présentée par Arnaud de Belenet (UMP) en sa qualité de conseiller général du canton de Thorigny-sur-Marne.

Il convient de signaler que les conseillers généraux (PS) suivants ont signé la pétition NON à la Destruction de l'Aqueduc de la Dhuis.

Cette proposition de motion allait pourtant dans le sens de notre pétition et la motion votée à l'unanimité du Conseil d'Administration d'Ile de France Environnement (Fédération des 400 associations de protection de l'Environnement d'Ile de France.

CP-IDFE-Aqueduc-Dhuis_11.10.2011_01

Lien vers le communiqué/motion IDFE.

A notre plus grande surprise, la présidence assurée par Mr Vincent Eblé (PS) et son premier vice-président Mr Jean Dey (EELV) ont "reporté" l'adoption de cette motion au prétexte qu'il n'y avait pas de mesure d'urgence.

Cette réaction est particulièrement surprenante, en effet, Mr Jean Dey (EELV), en tant que premier vice-président du CG77 en charge de l'environnement s'était engagé auprès des associations à s'opposer de toutes ses forces à la vente des terrains à BP Placo (Filliale du groupe Saint-Gobain).

Arnaud de Belenet (UMP) en sa qualité de conseiller général du canton de Thorigny-sur-Marne désire donc représenter une motion lors de la prochaine réunion du Conseil Général prévue pour le 25/11/2011. Nous espérons que la Présidence du CG77 saura cette fois ci répondre favorablement à la sauvegarde de l'Aqueduc de la Dhuis.

Article du Parisien : La vente de l’aqueduc fait débat

Edition Abonnés - Seine-et-Marne Sud 18.10.2011, 07h00

L’avenir de l’aqueduc de la Dhuis entre Le Pin et Claye-Souilly a fait débat hier matin au conseil général. Les élus de droite de l’union pour la Seine-et-Marne (USM) ont sollicité l’examen en urgence d’une motion pour s’opposer au projet de vente d’une partie de l’ouvrage et des terrains afférents à la société Placoplatre.

Le président (PS) du conseil général, Vincent Eblé, a estimé que cette « démarche opportuniste » n’était pas justifiée puisqu’il avait obtenu le report de l’examen d’une convention entre la Ville de Paris, propriétaire de l’aqueduc, et Placoplatre.

sfdsf

Article de la Marne du 26/10/2011 :

Dhuis_Marne_Article_26102011

Aqueduc de la Dhuis : La Mairie de Villevaudé dit NON à la Destruction de la coulée verte

Le 13 Octobre 2011, le bureau municipal élargi de la commune de Villevaudé a reçu une délégation de la société BP Placo (Filliale du Groupe Saint-Gobain).

Suite à cette réunion, la municipalité de Villevaudé a décidé de s'opposer officiellement à ce projet d'une carrière à ciel ouvert sur l'emprise de l'Aqueduc de la Dhuis.

Dhuis_Villevaude_15102011_01_Web.jpg

L'Aqueduc de la Dhuis que certains veulent détruire.

Il est à signaler que la majorité des conseillers municipaux de Villevaudé ont signé notre pétition. Vous êtes, jour de la publication de ce billet, 2667 à avoir fait comme eux.

PeticaoPublicaLogo.fr.gif

http://www.petitionpublique.fr/?pi=dhuis

Liste des signataires

Le Maire de Villevaudé, André Chopelin, a donc pris ses responsabilités. Le 13 Octobre, il a adressé un courrier à la direction de l'urbanisme de la Mairie de Paris avec BP Placo et l'Agence des Espaces Verts en copie. Il a même annexé notre pétition à son courrier.

Courrier de la Mairie de Villevaudé

mercredi 19 octobre 2011

Aqueduc de la Dhuis : Article du Journal LA MARNE du 19 Octobre 2011

Carrière de Gypse sur la Dhuys : L'aqueduc ne coule plus de source...

Dhuis_Marne_Article_19102011_Web

Cliquez sur l'image pour l’agrandir.

lundi 17 octobre 2011

Aqueduc de la Dhuis : Travaux de comblement à Coubron

Alerté par des riverains, nous avons été rendre visite à l'Aqueduc de la Dhuis sur la commune de Coubron. En effet, il a été décidé de combler l'Aqueduc pour que celui-ci ne puisse jamais plus emmener de l'eau jusqu'à Paris. Le Baron Haussmann et l'ingénieur Eugène Belgrand doivent se retourner sévèrement dans leurs tombes.

Avant de déclasser un bien du domaine public, pour bien le vendre dans la foulée, c'est toujours mieux de le rendre irréparable pour l'éternité. Comme le déclassement nécessite une enquête publique, c'est comme d'exécuter un présumé coupable avant même de l'avoir jugé.

Ainsi la société SOLETANCHE-BACHY a remporté l'appel d'offre pour réaliser cette funeste besogne.

Voici donc un extrait de l'appel d'offre :

Travaux de comblement de l'aqueduc de la Dhuis sur environ 1410 mètres répartis sur 3 zones géographiques sur la commune de Coubron (93).. Marché soumis aux dispositions applicables aux entités adjudicatrices Quantités (fournitures et services), nature et étendue (travaux) : les travaux comprennent :le repérage de l'axe de l'ouvrage en surface ; le forage depuis la surface jusqu'à la voûte de l'aqueduc pour introduction du coulis (environ 3000 m3 de coulis de comblement) et purge d'air; pose d'un drain pour les eaux d'infiltration le long des zones à combler; sectionnement de la zone à combler (par murs masques) ; comblement de l'aqueduc et scellement des forages ; création de points d'accès aux zones isolées de l'aqueduc.

Dhuis_Coubron_17102011_01_Web.jpg

L'Aqueduc de la Dhuis à Coubron

Dhuis_Coubron_17102011_BuseVariable_Web.jpg

Une jeune buse variable (Buteo Buteo) plane au dessus du bois de Bernouille.

Dhuis_Coubron_17102011_02_Web.jpg

Une balade champêtre d'exception

Dhuis_Coubron_17102011_Soletanche_04_Web.jpg

Au loin, le chantier de comblement de l'Aqueduc de la Dhuis.

Dhuis_Coubron_17102011_Soletanche_02_Web.jpg

Tout semble être sur place pour régler son compte à l'Aqueduc de la Dhuis. Quelle est belle la forêt de Bernouille avec ces silos rouges!!!

Dhuis_Coubron_17102011_Soletanche_01_Web.jpg

Le béton est coulé par les regards de l'Aqueduc

Aqueduc de la Dhuis : Article de l'AEDD sur la vente de l'Aqueduc

AEDD - Paris renonce temporairement à la vente d'un « élément clef » de la trame verte francilienne à un exploitant de carrière de gypse

L'AEDD est une équipe d'une dizaine de journalistes spécialisés à Paris et en régions, elle produit de l'information dans les domaines suivants :

  • RSE et Éco-Responsabilité
  • Énergies et Environnement

Dhuis_Courtry_15102011_02_Web.jpg

Aqueduc de la Dhuis à flanc de coteau.

La ville de Paris renonce temporairement à la vente en Seine-et-Marne de parcelles (1) d'un aqueduc à un exploitant de carrière de gypse, annonce le groupe des élus parisiens et régionaux du Parti de Gauche, jeudi 13 octobre 2011. Long de 130 kilomètres, l'aqueduc construit au XIXe siècle traverse l'Aisne, la Seine-et-Marne, la Seine-Saint-Denis, et alimentait la capitale à partir des sources de la Dhuis (Aisne). Il abrite une promenade de 27 kilomètres et constitue « un élément clef » de la trame verte francilienne, selon le groupe. La cession de parcelles concerne un linéaire de cinq kilomètres. « Au vu de la contestation », le projet de délibération destiné à céder une superficie de 63 200 mètres carrés à la société BPB Placoplatre pour y ouvrir une carrière à ciel ouvert a été retiré de l'ordre du jour du Conseil de Paris des lundi 17 et mardi 18 octobre prochains », confirme à AEDD l'entourage de Pierre Mansat, adjoint (PC) au maire de Paris chargé de Paris Métropole et des relations avec les collectivités territoriales d'Île-de-France. Mais l'exploitation de la carrière est « inéluctable ».

La cession de ce « corridor biologique important, reliant plusieurs espaces boisés de la région » se fait « pour de petits motifs financiers », estime de son côté le groupe EELV (Europe Ecologie-Les Verts) de Paris. D'abord car la société BPP Placoplatre « pourrait opter pour une activité souterraine, moins impactante, mais s'y refuse ». Ensuite parce que le gain tiré de la vente est « modique : dix euros par mètre carré, soit 630 000 euros au total à comparer avec les 900 millions d'euros de droits de mutation attendus par la ville en 2011 ».

« TOTALE CONTRADICTION DU PROJET »

EELV Paris souligne la « totale contradiction » du projet avec la somme de six millions d'euros investie en 2007-2008 par Eau de Paris et l'agence des espaces verts d'Île-de-France pour l'aménagement de la promenade, le protocole de coopération signé entre la ville et le département de Seine-et-Marne ayant notamment pour objectif le développement des trames vertes, ainsi qu'avec le plan biodiversité que la ville prévoit de présenter au Conseil de Paris en novembre prochain.

Pour le Parti de gauche, aucune des collectivités concernées n'avaient été sollicitées ou invitées à délibérer sur ce projet. Le groupe estime que « les enjeux écologiques et de qualité de vie n'ont pas à être sacrifiés au profit d'intérêts privés », et entend interpeller à ce sujet Jean-Paul Huchon, président (PS) du conseil régional d'Île-de-France, lors de la commission permanente du conseil régional, jeudi 20 octobre.

« L'EXPLOITATION AURA LIEU DE TOUTE FACON »

Même si la cession est temporairement reportée, afin de « mieux l'expliquer », « l'exploitation de la carrière de gypse aura lieu de toute façon », explique à AEDD l'entourage de Pierre Mansat. « Il y a une pénurie de gypse en France, et ce minéral fait partie des matériaux reconnus d'intérêt national. Or, 30 % du gypse français se trouvent dans ce filon-là. » La ville rappelle que la préfecture de Seine-et-Marne a pris un arrêté en 2006 déclarant PIG (projet d'intérêt général) cette exploitation. « L'Etat peut nous expulser à tout moment. » La délégation juge encore que « si le gypse n'est pas exploité ici, il viendra par camion de Pologne ou de Belgique. Il faut privilégier les circuits courts. »

L'entourage de Pierre Mansat précise que « ce qui est prévu, c'est que BPB Placoplate et l'agence régionale des espaces verts vérifient que la continuité du tracé de la promenade soit assurée. Les six hectares ne seront pas exploités d'un coup, mais petit à petit. » La société « a déjà exploité 200 hectares comme ça dans la zone ».

Selon la ville, « le schéma départemental de Seine-et-Marne des espaces naturels sensibles et celui des carrières ont bien considéré que cette zone ferait l'objet d'une exploitation ».

Quant à l'accord des collectivités, « la ville de Paris s'assure systématiquement de leur consentement lorsqu'elle veut vendre du foncier sur leur territoire. En général, c'est l'exécutif qui décide. Libre à elles de soumettre le projet dans leur assemblée délibérante. Seule l'une des quatre communes concernées en a débattu en conseil municipal ».

« L'EXPLOITATION SOUTERRAINE EST POSSIBLE »

Pour Île-de-France Environnement, « l'exploitation souterraine de ce gisement est possible, comme cela a été fait en Seine-Saint-Denis ». La fédération d'associations environnementales franciliennes réclame « qu'aucune nouvelle exploitation de gypse à ciel ouvert ne soit plus autorisée sur ce secteur ».

(1) Quatre communes sont concernées : Le Pin, Claye-Souilly, Villevaudé et Annet-sur-Marne

samedi 15 octobre 2011

Aqueduc de la Dhuis : Cette coulée verte que certains veulent détruire

Comme nous vous l'avons annoncé dans notre article - Main basse sur l'aqueduc de la Dhuis, ce dernier est gravement menacé par la volonté d'un industriel (BP Placo - Saint-Gobain) de le racheter à la Mairie de Paris pour réaliser une carrière à ciel ouvert sur son emprise.

Afin de bien comprendre l'importance écologique de l'Aqueduc de la Dhuis, voici quelques extraits du Diagnostic du territoire des coteaux de l’Aulnoye - Septembre 2007 réalisé pour l'Agence des Espaces Verts d'Ile de France :

L’aqueduc de la Dhuis est inclus au réseau Natura 2000 (ZPS - zones de protection spéciale). Il est une entité écologique à part entière. Le chemin de la Dhuis constitue une continuité verte qui traverse l’ensemble de la zone étudiée et permet de maintenir un lien fonctionnel pour de nombreuses espèces.

La promenade de la Dhuis chemine à flanc de coteaux. Elle offre une occasion unique de perception sur l’ensemble du territoire.

Enfin, le massif de l’Aulnoye n’est pas isolé au sein de la trame urbaine. Des continuités écologiques existent à l’est vers les espaces agricoles et boisés de la Seine-et-Marne. Le maintien de ces continuités est indispensable à la survie du massif de l’Aulnoye en tant que zone d’intérêt écologique majeure...

Les continuités écologiques existantes (promenade de la Dhuis notamment, continuités vers la plaine du pin) indispensables au maintien des échanges biologiques.

L'Aqueduc de la Dhuis est donc bien plus qu'un simple sentier. De plus, la promenade de la Dhuis est intégrée au sentier de Grande Randonnée GR14a.

Les photos suivantes ont été prises, Samedi 15 octobre 2011 sur les communes de Claye-Souilly, Le Pin, Villevaudé et Courtry.

Dhuis_LePin_15102011_Web.jpg

La coulée verte sur la commune de "Le PIN" est rayonnante de couleurs.

Dhuis_Villevaude_15102011_01_Web.jpg

Un des tronçons de l'Aqueduc convoité par les carriers.

Dhuis_LePin_15102011_02_Web.jpg

Dhuis_LePin_15102011_03_Web.jpg

Un regard de l'Aqueduc inspiré par Coluche.

Dhuis_Borne_15102011_01_Web.jpg

Une borne de la Dhuis

Dhuis_LePin_15102011_04_Web.jpg

Vue à flanc de coteau.

Dhuis_Courtry_15102011_01_Web.jpg

L'aqueduc à Courtry - La campagne aux portes des villes.

Dhuis_Courtry_15102011_02_Web.jpg

Vue à flanc de coteau.

Dhuis_Placo_15102011_01_Web.jpg

L'avenir que BP Placo (Groupe Saint-Gobain) aimerait réserver à l'emprise de l'Aqueduc de la Dhuis.

Dhuis_Placo_15102011_02_Web.jpg

A 2 pas de l'Aqueduc de la Dhuis, la carrière à ciel ouvert qui a fait disparaitre le "Bois le Comté" (Le Pin, Villeparisis)

La lutte n'est pas terminée pour sauver l'Aqueduc de la Dhuis. Il faut continuer à signer notre pétition en ligne :

PeticaoPublicaLogo.fr.gif

http://www.petitionpublique.fr/?pi=dhuis

Un très grand merci aux milliers de personnes qui ont déjà signé la pétition : Liste des signataires

- page 3 de 4 -